Que risque la Penske Racing ?

Samedi après-midi à quelques heures du début de l’épreuve, toutes les équipes se sont rendues à la traditionnelle inspection d’avant course. La Penske Racing a dû s’y reprendre à plusieurs fois pour la valider et ce pour chacune des deux voitures.

Si la Ford Fusion n°2 de Brad Keselowski a pu rejoindre la grille de départ en temps et en heure, ce n’est pas le cas de celle de Joey Logano qui a été sommé par les officiels de partir de l’arrière de peloton, car la voiture n’était pas présente sur la grille au moment de la commande lançant les moteurs.


Les officiels ont confisqué plusieurs pièces de la voiture qui seront analysées à Charlotte dans les heures à venir. C’est la partie arrière de la voiture de Logano et Keselowski qui est en cause. La dernière fois que de telles pièces avaient été confisquées par les officiels c’était en 2008 avec Kyle Busch avant de déclarer que les pièces en question étaient légales.

La question est maintenant de savoir à quelle sauce va être mangée la Penske Racing ? La NASCAR sera-t-elle clémente avec Brad Keselowski qui, à l’issue de la course de Cup au Texas s’est exprimé en se déclarant être la cible et que son écurie n’avait pas été bien traitée ? Réponse mardi ou plus sûrement mercredi afin de ne pas interférer dans la rencontre entre Brad Keselowski et le président des États-Unis d’Amérique Barack Obama qui se tiendra à la Maison Blanche ce mardi.

Quelques soient les décisions prisent par la NASCAR, la Penske Racing alignera trois voitures au Kansas cette semaine en Sprint Cup, puisque Sam Hornish Jr. sera engagé avec Greg Erwin comme chef d’équipe.

Greg Erwin aurait pu être un chef d’équipe remplaçant en cas de suspension de Paul Wolfe ou Todd Gordon pour les semaines à venir. Travis Geisler ainsi que Mike Nelson, respectivement directeur de la compétition et vice-président des opérations ont tous deux déjà exercé le rôle de chef d’équipe.

sed id ut Lorem justo sem, eleifend Sed venenatis mi, lectus