Darlington, une piste historique à plus d’un titre

Connu et reconnu pour sa forme unique en forme d’œuf, l’ovale de Darlington en Caroline du Sud, l’est aussi pour les marques qu’il reçoit des voitures sur son mur extérieur rouge et blanc. Ces marques prennent leur histoire dès le 4 septembre 1950 lors de la première course sur l’ovale trop difficile à mater.

Près de soixante-trois ans après la première épreuve disputée sur cet ovale, l’épreuve de 500 miles, les Southern 500, reste l’un des joyaux de la NASCAR au même titre que les Daytona 500 ou les Coca-Cola 600.


Le titre de champion du Southern 500 garantit une place à part dans les livres d’histoire de la NASCAR. Du premier vainqueur, Johnny Mantz, au dernier, Jimmie Johnson, les plus grands s’y sont imposés, et souvent à plusieurs reprises. Dans cette liste non-exhaustive, on retrouve notamment les noms de Herb Thomas, Curtis Turner, Fireball Roberts, Richard Petty, David Pearson, Dale Earnhardt ou encore Jeff Gordon.

La course de samedi soir marquera les dix ans de l’une des arrivées les excitantes de l’histoire de la NASCAR, c’était entre Kurt Busch et Ricky Craven lorsque la Sprint Cup se déplaçait encore deux fois l’an sur cette piste. Craven s’était alors imposé pour deux millièmes de seconde en ne menant que le dernier tour de la première épreuve de l’année qui se courait alors en diurne et sur une durée de 400 miles. Cette arrivée est encore à ce jour la plus serrée de l’histoire de la série depuis l’instauration du chronométrage électronique.

L’an dernier Jimmie Johnson a aussi écrit une page de l’histoire de la NASCAR en apportant à son propriétaire Rick Hendrick, sa deux-centième victoire dans la division reine. La Hendrick Motorsports compte quatorze victoires sur cette piste dont la moitié est à mettre au crédit d’un seul homme, Jeff Gordon. Celui qui prendra son sept-centième départ ce samedi, tous ses départs sont consécutifs, et deviendra ainsi le quinzième pilote à réaliser pareille performance, s’est imposé à six reprises dans des courses de 500 miles (De 1994 à 1998, en 2002 et 2007 – ndlr.) et compte également un succès lors d’une épreuve de 400 miles, c’était en 1996.

Le pilote de la Chevrolet n°24 est l’homme fort de Darlington en dominant diverses catégories depuis l’introduction des statistiques en 2005, dont le Driver Rating avec 111,8, la position moyenne en piste avec 8,3, la vitesse moyenne sous drapeau vert avec 160,041 mph et le nombre de tours bouclés dans le top-15 avec 2 615.

Jeff Gordon : “Ils ont refait Darlington il y a quelques années donc ce n’est pas la même piste qu’il y a dix ans, mais cela reste l’une de ses pistes où il faut pousser fort et être patient. C’est aussi l’une de ses pistes que vous devez respecter.”

accumsan odio venenatis mattis libero Donec tristique venenatis, tempus fringilla