Indy 500 – Essais libres 6 : Munoz à nouveau en tête

Si l’écurie Andretti Autosport continue d’impressionner au fil des séances d’essais en ayant mené quatre d’entre elles, que dire de son pilote débutant Carloz Munoz?

Leader du championnat Indy Lights, le pilote Colombien effectue ses débuts dans la catégorie Reine dans le cadre des 97èmes 500 Miles d’Indianapolis. Et le moins que l’on puisse dire est que le rookie n’a pas froid aux yeux. Bien encadré et conseillé par ses coéquipiers, Munoz a toujours été dans leur rythme et après avoir dominé la deuxième journée, le voilà à nouveau en tête lors de la sixième séance d’essais libres !

Toujours réalisé avec une monstrueuse aspiration, son meilleur temps a été bouclé à la moyenne de 225,163mph soit la vitesse la plus rapide enregistrée depuis le début du mois de mai. Munoz qui a la demande de son écurie a poursuivi son travail d’apprentissage de la voiture en condition “course” (avec une charge aérodynamique importante et dans les turbulences), a avoué se sentir de plus en plus à l’aise sur le Speedway. Pourtant, le rookie garde à l’esprit qu’il n’est toujours pas parti à la faute malgré avoir subi les turbulences des voitures le précédent et que le Brickyard a pour tradition de toujours attirer les pilotes rookies contre ses murs extérieurs.


Oh oui nous en avons eu plusieurs (ndlr : des frayeurs).“, avouait Munoz. “Du sous-virage lorsque vous êtes derrière une voiture qui n’est pas complètement identique à la vôtre. Le plus effrayant j’imagine s’est produit lors de la deuxième journée avec Marco lorsque j’ai mis deux roues dans l’herbe. Nous avons été chanceux. Peut-être qu’au deuxième assurément, j’irai dans le mur…

Derrière le leader, deux autres pilotes Andretti Autosport occupent les deuxième et troisième position avec Ryan Hunter-Reay devançant Marco Andretti. Les deux hommes ont profité de cette session pour valider leurs réglages “course” et pourront maintenant se tourner vers la qualification lors du Fast Friday ce vendredi durant lequel, les moteurs recevront une augmentation de puissance de l’ordre de 40 à 50 chevaux !

Dans le top-10, seuls deux pilotes motorisés par Honda ont réussi à s’intercaler parmi la meute de moteurs Chevrolet. Scott Dixon a réalisé le quatrième chrono et a profité de cette journée pour commencer à préparer la qualifications. Son équipe a travaillé sur les suspensions et a également retiré un peu d’appui. L’autre pilote représentant la firme japonaise n’est autre que le leader du championnat Takuma Sato. Auteur du dixième chrono à la moyenne de 223,660mph, le pilote A.J. Foyt Racing a connu une journée tranquille et a à la fois travaillé sur ses réglages “course” et “qualification”.

En revanche son coéquipier ne peut pas en dire autant. Première victime de l’Indianapolis Motor Speedway, Conor Daly est parti en sur-virage à la sortie du virage 1 avant d’aller frapper violemment le muret extérieur. Sa voiture a même commencé à se retourner avant de finalement retomber sur ses roues. Au final, plus de peur que de mal pour le jeune Américain dont la voiture pourra être réparée.

Ces gars travaillent tellement dur.“, se désolait Daly. “Je leur suis reconnaissant pour l’opportunité qu’ils m’offrent. Je suis simplement content que la voiture n’est pas autant endommagée qu’elle l’a laissé apparaître lorsqu’elle a décollé. J’ai essayé de la récupérer et je l’aurai fait si la piste était 30 mètres plus large.“, plaisantait finalement Daly.


Du côté des Français, leurs chronos ne permettent toujours pas de se montrer véritablement rassuré sur leur aptitude à jouer les premiers rôles lors de la course. Sur les trois engagés, seul Simon Pagenaud peut se montrer satisfait de s’être rapproché du top-10. Auteur du 12ème chrono avec une moyenne de 223,465, le pilote Schmidt-Peterson Motorsports s’est montré confiant sur la capacité de sa monoplace à être rapide dans le paquet. Dixon et Dario Franchitti lui ont permis d’évaluer le comportement de sa voiture dans le trafic et d’après le Français, tous les voyants sont au vert pour la course.

Sébastien Bourdais au volant de sa Dallara-Chevrolet numéro #7 du team Dragon Racing a posté le 18ème chrono juste devant Tristan Vautier qui s’est lui aussi montré satisfait de sa séance estimant qu’elle lui avait permis d’en apprendre beaucoup sur le comportement de sa voiture.

En fin de classement, Michel Jourdain Jr. qui pilote la troisième monoplace de l’écurie Rahal-Letterman Lanigan Racing n’a pu faire mieux que le 32ème et avant-dernier chrono et plus inquiétant encore, n’a jamais décollé de cette zone malgré presque une semaine d’essais. Le Mexicain estime avoir une bonne voiture lorsqu’il évolue seul en piste mais avoue simplement ne pas pouvoir rouler dans les turbulences. Un problème de taille à Indianapolis que l’écurie devra résoudre très rapidement quitte à sacrifier les qualifications si seulement 33 voitures sont engagées.

Enfin le vainqueur de l’édition 1996 de l’Indy 500 a effectué ses premiers tours de roues au volant de sa Dallara-Chevrolet numéro #91. Buddy Lazier a en effet pris la piste pour la première fois et n’a effectué que trois tours afin de s’assurer que tout fonctionnait bien. Le vétéran devra participer à la “Refresher session” avant d’être autorisé à rouler en piste avec ses adversaires. Une formalité pour celui qui souhaite revenir à plein temps en 2014.

Ce vendredi, les pilotes auront pour la première fois l’occasion d’évoluer en piste avec des réglages exclusivement dédiés à la qualifications. Avec des appuis réduits à leur minimum et une puissance augmentée de 50 chevaux, les moyennes pourraient atteindre les 228mph et dans les garages, la barrière des 230mph est même évoquée… Un chiffe symbolique qui donne des frissons dans le dos.

Résultats de la sixième séance d’essais libres.

commodo quis odio fringilla luctus sed risus pulvinar