Victoire magistrale d’Hinchcliffe sur l’Iowa Speedway

Avant l’épreuve des Iowa Corn Indy 250, James Hinchcliffe n’avait mené que 33 tours sur ovales. Dimanche, le Canadien a largement accentué ce nombre après avoir réalisé une performance exemplaire sur l’un des ovales les plus difficiles du calendrier.

En effet, le pilote Andretti Autosport a mené pas moins de 226 tours sur les 250 que comptait l’épreuve afin d’aller chercher sa troisième victoire de la saison et sa première en carrière sur un ovale.

Parti depuis la deuxième position, Hinchcliffe s’est emparé du commandement dès le premier tour en s’imposant face à Will Power qui avait hérité de la première place suite à la pénalité d’Helio Castroneves. Plus rapide que ses adversaires au point d’avoir bâti une avance de plus de sept secondes, Hinchcliffe a ensuite dû composer avec le trafic ce qui a permis à ses poursuivants de réduire l’écart sans toutefois pouvoir le menacer directement.

Dans cet exercice, le seul qui est apparu comme l’adversaire qui aurait pu le déloger de sa première place se nomme Graham Rahal. Auteur jusqu’ici d’une saison catastrophique, le fils du triple champion IndyCar a brillé sur l’Iowa Speedway. Au volant d’une voiture superbement réglée lui permettant de rouler tantôt à l’intérieur, tantôt à l’extérieur, Rahal s’est montré sous son meilleur jour en faisant preuve d’une confiance retrouvée comme en ont témoigné ses nombreuses manoeuvres de dépassement pleines d’autorité. Au point que lors du dernier restart donné au 161ème tour, alors deuxième, il n’hésita pas à s’attaquer à Hinchcliffe par l’extérieur. Le Canadien pourtant dominateur jusque là a bien failli se faire déposséder de sa première place et a dû batailler pendant deux tours côte-à-côte avec la monoplace numéro #15 avant de finalement voir son adversaire abdiquer.


Peu après cette lutte pour la tête, le rythme pour Rahal a commencé à faiblir et le jeune américain a ensuite dû composer avec des adversaires plus rapides bien aidés par des pneumatiques plus frais. Au final, le pilote Rahal-Letterman Lanigan Racing a coupé la ligne en cinquième position, son meilleur résultat cette année.

Hormis la passe d’armes avec Rahal, la course d’Hinchcliffe a été plutôt sereine. En revanche, on ne peut pas en dire autant de cellee de Ryan Hunter-Reay. Qualifié 14ème, le champion en titre remontait patiemment vers le top-10 jusqu’au 37ème tour lorsqu’il cassa le côté droit de son aileron avant en s’attaquant à Rahal. Avec un morceau de moustache sur la piste, les officiels ont sorti le premier drapeau jaune au 38ème tour permettant ainsi au pilote Andretti Autosport de réparer. Reparti 21ème lors du restart au 53ème tour, Hunter-Reay a ensuite remonté un à un ses adversaires au prix de manoeuvres patiemment construites. Le dépassement sur l’Iowa Speedway est un art et Hunter-Reay nous a régalé de chefs-d’oeuvre pour remonter jusqu’à la deuxième place. Un résultat important dans sa quête de son deuxième titre consécutif.

En troisième position, Tony Kanaan est parvenu à surmonter deux problèmes majeures. Le premier est apparu en début de course et s’agissait d’une surchauffe de son liquide de refroidissement. Aussi, durant son premier arrêt lors de la neutralisation intervenue au 38ème tour, son équipe a retiré un cache à l’intérieur de son ponton droit. Ensuite, le Brésilien a dû composer avec un répartiteur de masse bloqué sur sa 10ème position. Fort heureusement, c’est avec ce réglage que Kanaan avait effectué 90% de sa course l’année dernière et l’équilibre de sa Dallara-Chevrolet numéro #11 a été suffisamment bon cette année pour lui permettre de conserver un rythme très élevé.

Derrière le Brésilien, le top-5 est complété par Ed Carpenter qui a dépassé Rahal dans les deux derniers tours grâce à des pneus plus frais de 17 tours.

Du côté des Français, la course leur a réservé des fortunes diverses. Simon Pagenaud a sans conteste brillé et démontré qu’il possédait désormais toutes les qualités d’un parfait pilote d’IndyCar. Régulièrement en bagarre dans le top-10 puis dans le top-5, le pilote Schmidt-Hamlilton Motorsports a su composer avec le trafic et les légendaires turbulences pour finalement franchir la ligne d’arrivée en sixième position.

Quant à son coéquipier, sa course a été celle d’un rookie en plein apprentissage. Tristan Vautier a su éviter les erreurs typiques de cette piste et hormis un passage dans les marbles au 135ème tour après avoir été déventé par la voiture de Dario Franchitti, le champion en titre Indy Lights a mené une course intelligente pour ramener sa voiture en 13ème position derrière Charlie Kimball et devant Sébastien Bourdais.

Pour le quadruple champion ChampCar, cette 14ème place est un lot de consolation car dès le début de course, le pilote Dragon Racing ne parvenait pas à s’extirper de la 20ème place. Relégué à un tour au 72ème passage, Bourdais a ensuite réussi à remonter aux portes du top-10 avant de finalement redescendre et terminé 14ème.

Enfin l’Iowa Speedway s’est montré intraitable envers deux pilotes de taille : Will Power et Franchitti. Concernant l’Australien, tout semblait bien se passer lors du premier tiers de la course avant que les longs runs ne fassent apparaître un problème de mise au point de sa Dallara-Chevy. En proie à des problèmes d’adhérence notamment sur le train avant dans les deux premiers virages, Power n’aura pas réussi à contrecarrer ce problème en jouant sur la répartition des masses comme lui a demandé Tim Cindric. Au final, le pilote Penske a pris la 17ème place à trois tours du vainqueur.

Dario Franchitti a quant à lui toujours navigué en queue de peloton. Le quadruple champion IndyCar s’est plaint tout le week-end d’un sérieux manque d’adhérence de son train avant et son équipe n’est jamais parvenue à régler ce problème. Son manque de performance était clairement évident dans les virages 3 et 4 qui se négocient quasiment à fond et où l’Ecossais était obligé de lever le pied de 50% de l’accélérateur. Au terme de la course, Franchitti s’est classé 20ème à quatre tours du leader ! Une humiliation pour un pilote et une écurie de leur trempe.

Avec une telle débâcle, nul doute qu’une réunion de crise sera organisée dans les locaux de Chip Ganassi Racing afin de relever la tête dès le prochaine course, disputée sur le Pocono Raceway, deuxième épreuve du Triple Crown.

id, mattis id ipsum leo. id Curabitur sit consequat. mi, ut elementum