Kuno Wittmer (Viper SRT) : « Gagner le respect de l’ACO »

Préparée par l’équipe SRT, la nouvelle Viper a attiré les regards tout au long de ce week-end des 24 Heures. Avec son moteur V10 de 8,4 litres de cylindrée, l’Américaine ne fait pas dans la dentelle, mais son look particulier ne peut laisser indifférent, et « The Snake » a de fait de nombreux adeptes à travers le monde.

SRT, partenaire officiel de Chrysler en compétition, aligne depuis le début de cette saison deux nouvelles Viper GTS-R en ALMS. Troisièmes de la catégorie GT dans la série américaine, l’Allemand Dominik Farnbacher et le Belge Marc Goossens étaient associés au Mans au Britannique Ryan Dalziel sur la n°53. Quant à la n°93, les deux titulaires habituels, le Canadien Kuno Wittmer et le Californien Jonathan Bomarito, étaient rejoints par un autre Californien, Tommy Kendall.

En course, la n°53 a décroché la 8e position en GTE Pro, juste devant la n°93. Pour le Québécois Kuno Wittmer (en haut à droite sur la photo de groupe), qui effectuait ses grands débuts dans la Sarthe, l’équipe Viper a prouvé son sérieux, et rejoindre l’arrivée est une vraie satisfaction, comme il l’a confié à US Racing :

« En qualifications, nous étions un peu moins rapides en vitesse pure que les Aston, Porsche et Ferrari. On n’a pas encore bien compris pourquoi. Il y a certes beaucoup de restrictions sur les Viper, ce qui est toutefois normal en raison de leur cylindrée plus importante. Nous devons encore travailler pour trouver des chevaux supplémentaires.

« En course, même si nous n’avons pas pu nous battre aux avant-postes, nous avons eu la satisfaction de terminer. C’était vraiment important pour nous, nous avons été honorés de recevoir une invitation pour les deux voitures cette année de la part de l’ACO, et nous voulions prouver qu’ils avaient eu raison, nous voulions gagner leur respect, démontrer notre professionnalisme, et je crois que nous avons atteint cet objectif. »

« La course en elle-même, c’était une expérience fantastique. Pour ma part, j’ai roulé durant plus de onze heures, avec notamment trois relais de trois heures. C’était éprouvant, mais je m’en fichais : j’étais heureux d’être au volant, d’être au Mans ! »

« A neuf heures du matin, notre voiture, la #93, a subi une crevaison, qui a fait quelques dégâts au niveau de la carrosserie. On a perdu un tour dans cette mésaventure mais, à part cela, nous n’avons connu aucun ennui mécanique sur aucune des deux voitures, ce qui prouve que la Viper est un bon produit. Et puis au niveau conduite, c’est une voiture plaisante à conduire, et relativement « confortable » pour nous pilotes, ce qui est appréciable pour une course comme Le Mans. »

« L’objectif était de terminer la course, et l’objectif a été atteint. Nous avons collecté un grand nombre d’informations, et j’espère que nous serons de retour l’an prochain au Mans pour mettre en application tout ce que nous avons appris lors de cette édition des 24 Heures. »

Kuno Wittmer, et l’ensemble de l’équipe Viper SRT, seront à nouveau en piste à Lime Rock le 6 juillet, pour la 4e manche de l’ALMS.

Nullam mattis nec vel, quis, elit. ut neque. ante. facilisis efficitur.