Victoire de Simon Pagenaud dans une course folle !

Là où le chaos règne, Simon Pagenaud triomphe ! Après avoir remporté sa première victoire en carrière lors de la course #2 de Detroit qui a vu bon nombre d’incidents, Simon Pagenaud a réédité une performance similaire à Baltimore pour aller décrocher sa deuxième victoire en carrière.

Sa victoire, le Français est allé la chercher à la force du poignet lors du dernier restart. A sept tours de l’arrivée, le pilote Schmidt-Peterson Motorsports se débarrassa de Marco Andretti pour prendre les commandes de la course. Derrière lui, Andretti étant dans l’impossibilité de répliquer dut laisser le jeune Josef Newgarden prendre les choses en main. Le pilote Sarah Fisher Hartman Racing a conclu un week-end parfait en revenant à neuf dixièmes de Pagenaud mais alors qu’ils entamaient leur dernier tour, ses freins lui ont donné des signes de faiblesses le forçant à se contenter de la deuxième position à 4 secondes du vainqueur.


Sur le podium, la troisième marche a accueilli l’un des héros du jour en la personne de Sébastien Bourdais ! Qualifié en 22ème position sur la grille de départ, Bourdais a réussi à éviter les embûches pour tailler sa route vers la tête de la course, une position qu’il a même failli récupérer après une courte mais intense bagarre avec Pagenaud lors du dernier restart. En effet peu après que Pagenaud s’immisce en tête de la course, ce dernier commit une petite erreur en virant au large dans le virage 7 et laissa la porte grande ouverte à Bourdais. Les deux hommes étaient côte-à-cote et se sont même touchés au virage 8, manquant de peu d’envoyer Bourdais dans le mur sans un sauvetage miraculeux de ce dernier.

Derrière le Français, le top-5 est complété par Justin Wilson qui a une nouvelle fois fait parler son expérience pour éviter les embûches et une Simona de Silvestro qui avec cette cinquième position est récompensée d’un week-end de très bonne facture et domine pour la deuxième course consécutive son coéquipier Tony Kanaan.

Mais si la course nous a offert son lot de belles bagarres en toute fin de course, il n’en fut pas de même surtout entre le 41ème et le 65ème tour où pas moins de cinq neutralisations sont venues perturber le rythme de l’épreuve, toutes provoquées lors des restarts !

La plus controversée est celle impliquant de nouveau après Sonoma Scott Dixon et Will Power. Au 53ème tour lors d’un restart, le pilote Chip Ganassi Racing décida d’attaquer le pilote Penske dans la ligne droite des stands. Mais ce dernier n’ayant pas regardé dans ses rétroviseurs tassa littéralement son adversaire dans le mur avant de poursuivre sa route. Se confondant en excuse en sortant de sa voiture, Power a avoué avoir été victime d’une bosse ou de ses pneus froids ce qui l’auraient fait partir en travers. Une version que n’a pas accepté Dixon qui estime que la vitesse lors du restart n’aurait pas permis à une voiture de patiner.


Cet incident est d’autant plus déplorable que Dixon était en passe de refaire son retard au championnat face au leader du championnat Helio Castroneves qui était parti pour connaître une journée misérable. Après un contact lors du départ qui le força à rentrer aux stands pour changer de museau, le Brésilien a ensuite connu un problème lors d’un arrêt aux stands lors duquel son équipe désengagea le cric pneumatique alors que son mécanicien n’avait pas eu le temps de serrer sa roue avant droite et reçut ensuite un “drive-through” pour avoir heurté l’un de ses pneus lors d’un autre arrêt.

Au final, le Brésilien a quand même réussi à sauver un top-10 en prenant la neuvième position et a ainsi accentué son avance à 49 points sur Dixon.

En revanche la lutte pour conserver son titre s’annonce difficile pour Ryan Hunter-Reay. Victime de son système anti-callage au premier tour, l’Américain a dû abandonner ensuite sur problème électrique. Au final, il glisse de la troisième à la cinquième place au classement et accuse désormais 74 points de retard.

A trois courses de la fin du championnat, cinq hommes peuvent encore se disputer le titre mais il sera difficile d’aller chercher un Castroneves très régulier cette année.

ultricies libero ante. adipiscing neque. elementum fringilla Sed Donec