Scott Dixon réclame la tête de Beaux Barfield !

Alors que l’arrivée de Beaux Barfield à la tête de la Direction de Course de l’IndyCar a été saluée par tous comme l’une des meilleure décision de Randy Bernard l’an passé voilà que Scott Dixon réclame désormais sa tête !

La raison ? Lors des deux derniers week-ends de course, le pilote Chip Ganassi Racing en lice pour un troisième titre de champion a été impliqué dans des controverses avec Will Power et à chaque fois en est ressorti puni.

A Sonoma, Dixon a provoqué la chute du changeur de pneumatique arrière droit de Power et a reçu un “drive-through” tandis qu’à Baltimore le week-end dernier, le Néo-Zélandais a été victime d’une grossière erreur de Power lors d’un restart qui l’a envoyé droit dans le mur. En conclusion de cet incident, non seulement Power a pu continuer sa course sans être inquiété par une quelconque pénalité, mais l’INDYCAR a refusé que la voiture de Dixon soit ramenée aux stands pour subir des réparations qui lui auraient permis de reprendre la piste et de prétendre à quelques points supplémentaires, précieux dans sa quête du titre de champion.

Au soir de Baltimore, c’en était donc trop pour Dixon qui a vivement critiqué les officiels et Barfield en particulier

Il n’y a simplement pas de constance dans leurs décisions. La voiture #15 (ndlr : Graham Rahal) nous sort, la #4 (ndlr : Oriol Servia) fait la même chose au restart suivant et reçoit une pénalité, la #12 (ndlr : Will Power) roule sur un pistolet pneumatique et n’est pas pénalisée. Il y a eu tellement de mauvaises décisions.

Ce qui m’a le plus embêté est qu’il s’agissait simplement d’un rotule pliée et d’un triangle de suspension. Nous avons pris le temps de nous assurer que nous en avions en pièces de rechange prêtes à être vissées sur la voiture. C’est une question de peut-être trois à quatre minutes.

Pour sa défense, Barfield a tenu à expliquer que le très grand nombre de drapeaux jaunes ainsi que des dégâts estimés irréparables l’ont incité à vouloir relancé la course au plus vite

Ils n’ont pas voulu remettre la voiture en piste alors que c’est explicitement indiqué dans le règlement. S’il ne reste que 10 tours ça peut se comprendre, mais à ce moment, il restait 27 boucles à parcourir, donc ne pas nous autoriser de réparer me dépasse (…). C’est plutôt évident que Beaux (Barfield) ne peut pas assurer ses tâches. Il n’est pas capable et doit s’en aller.

Voilà des paroles dures prononcées envers le successeur de Barnhardt qui dans ses valises a apporté son expérience de pilote automobile (dans les formules de promotions de l’IndyCar) ainsi que de Directeur de Course de l’ALMS. De crédibilité, Barfield n’en manque pas et nul doute qu’après avoir tenu de tels propos, Dixon sera désormais dans le viseur de l’INDYCAR. Un désavantage par rapport à ses adversaires.

ut dolor. consequat. sem, pulvinar eleifend at risus. venenatis, massa id, elit.