Clint Bowyer, l’homme par qui le scandale est arrivé

“Vous devriez tous suivre @ClintBowyer!!! La définition d’un joueur d’équipe!!! #hero” ce message a été posté sur Twitter quelques instants après l’accident de Clint Bowyer par le chanteur de musique country, Blake Shelton, un ami du pilote de la Michael Waltrip Racing.

En conférence d’après course Clint Bowyer évoque une dégradation avancée de ses pneumatiques pour justifier de cet incident avant de mettre fin aux questions des journalistes très rapidement.


Clint Bowyer : “Ma voiture était sous-vireuse comme pas possible. Le n°48 a explosé un pneu, j’étais le prochain sur la liste. Maintenant je vais aller boire une bière. Je sais que pour vous les journalistes ça va être beaucoup de plaisir d’écrire plein de choses, soyez créatifs.”

Si l’ordre de partir à la faute ne lui a pas été donné directement, les conversations radios précédents cet incident peuvent laisser penser que le pilote de la Toyota Camry n°15 a été incité à se louper afin de resserrer les positions devant, pour faire battre Newman, alors leader et détenteur virtuel d’un wild card ce qui éliminait Martin Truex Jr..

Brian Pattie, à Clint Bowyer quelques instants avant l’accident : “Comment va ton bras ? Je crois qu’il commence à faire chaud ici. Cela doit te démanger.” La réponse de Bowyer est sans appel : “Oh yeah !”

En partant à la faute, Bowyer a d’une part relancé l’intérêt de la fin de course, puisque tous les leaders se sont arrêtés aux stands, Menard et Edwards dépassant Newman, ce qui a permis à Truex de récupérer une wild card d’autant que Joey Logano a pu gagner quelques positions du fait du rythme anormalement lent de Brian Vickers et Bowyer dans les trois derniers tours, puisqu’ils étaient entre 30 et 50 mph plus lent que les pilotes présents dans le top-25 à ce moment-là. Logano intègre ainsi le top-10 au classement général au détriment de Jeff Gordon, qui sans la moindre victoire cette année, ne pouvait prétendre à une wild card. Gordon que Bowyer porte peu dans son cœur, depuis l’incident de Phoenix en fin de saison 2012.

Brian Vickers a même reçu l’ordre de son chef d’équipe au tour 396 de rentrer aux stands ravitailler, provoquant la stupeur de l’ancien pilote Hendrick notamment. “Je dois faire quoi ?”

En qualifiant les deux voitures pour les playoffs, la Michael Waltrip Racing s’assure ainsi une très bonne exposition médiatique et donc des rentrées d’argent supplémentaires. Quelques instants après l’arrivée de la course Michael Waltrip, le propriétaire de l’équipe, s’est dirigé vers Martin Truex Jr. pour lui glisser ces quelques mots : “Tu as des coéquipiers incroyables.”

S’il y a un faisceau de présomptions qui pèse sur Bowyer, aucune preuve ne peut être apportée pour le moment et du côté des officiels de la NASCAR on ne souhaite pas donner suite à cette affaire, puisque l’on estime que Bowyer n’a rien fait d’illégal. En 2004 lors de la course estivale de Bristol, Dale Earnhardt Jr. avait besoin d’une neutralisation et était parti seul à la faute, il avait avoué à la télévision américaine avoir intentionnellement provoqué une neutralisation et avait été pénalisé par la NASCAR de 25 points de pénalité.

Si Ryan Nemwan et Jeff Gordon n’ont pas souhaité polémiquer sur cet incident, le premier déclarant ne pas avoir de télévision dans sa voiture, le second qu’il n’avait aucune idée de ce qui était arrivé, mais que sans cette neutralisation il aurait décroché sa qualification. Gordon avoue se sentir mal de ne pas avoir décroché sa qualification, mais il se sent encore plus mal pour Newman et sait aussi que ce n’est pas à Richmond que l’équipe n°24 a perdu les points précieux pour intégrer le Chase.

Des proches des deux grands battus de la soirée ont réagi, parfois de manière très partisane pour incriminer les adversaires.

Dale Earnhardt Jr., derrière Clint Bowyer au moment de l’incident : “C’est la chose la plus folle que j’ai vue. Il a sauté sur les freins et secouer la voiture qui est partie en travers. Je ne savais ce qui se passait.”

Le pilote de la Hendrick Motorsports, coéquipier de Jeff Gordon avait pour sa part opposé aucune résistance quelques minutes plus tôt lorsque Gordon l’a dépassé pour une place dans le top-10 afin de conforter sa place au classement général.

Tony Stewart, propriétaire et équipier de Ryan Newman en conférence de presse : “Est-ce que cela est intentionnel ? Oui évidemment, il y a beaucoup d’argent en jeu !”

Ingrid Vandebosch, femme de Jeff Gordon sur Twitter : “Peut-être qu’ils devraient disqualifier le n°15.”

La femme de Gordon a ensuite enlevé ce tweet avant de remercier de manière ironique Brian Vickers.

La fin de course de Richmond n’a pas fini de faire parler et le contentieux entre les pilotes des différents partis pourrait bien se régler pendant les playoffs, pourquoi pas à Martinsville, une piste propice aux poussettes et autres vengeances.

Donec ipsum odio dictum Sed justo id felis porta. nunc sed