Montoya de retour en IndyCar : le rêve devient réalité

La saison 2013 d’IndyCar a beau nous offrir l’une des plus belles saisons de son histoire et a beau ne pas être encore terminée que déjà les regards sont tournés vers 2014. La raison ? L’annonce du retour de l’enfant prodige de l’IndyCar, Juan-Pablo Montoya !

Car si l’engouement pour le Colombien avait rapidement faibli depuis son arrivée en NASCAR en 2007, la faute à des résultats en deçà des espérances et à un style en piste plus policé (étonnant pour un pilote de stock-car), les amoureux de la monoplace n’ont jamais oublié les prouesses du jeune Colombien lors de son arrivée dans le championnat CART en 1999 puis son passage étonnant en F1 de 2001 à 2006 où il n’hésita pas à faire tomber les stars des deux disciplines comme Michael Andretti et Michael Schumacher. Son style agressif et sa détermination au volant lui ont rapidement valu d’être comparé au grand Ayrton Senna. Une caractéristique qu’il a semblé avoir perdu durant ses sept années passées en Sprint Cup.

Mais si l’engouement est vif chez les fans, il en est de même pour toutes les parties ! Aussi bien Montoya (qui semble revigoré par cette annonce), que Tim Cindric ou encore ses anciens adversaires ; tous se montrent heureux à l’idée de le voir revenir là où il appartient, là où il s’exprime le mieux, au volant d’une monoplace.


Voici les déclarations de Montoya dont la flamme pour la victoire est ravivée : “D’abord je voudrais remercier tout le monde. Je suis très excité. Si vous rêvez d’une position idéale pour un pilote, ce serait de rouler pour Penske. Et vous savez lorsque j’ai appris que je n’allais pas piloter la numéro #42 l’année prochaine, mon choix numéro #1 était d’être dans une voiture qui jouait la gagne. Je voulais vraiment être dans une voiture qui me permette de gagner.

Pour autant, si le désir de succès et de domination sur ses adversaires sont à nouveau présents, une question se pose sur ses capacités à comprendre rapidement le fonctionnement de la Dallara/Chevrolet de l’écurie Penske.

Pour être honnête avec vous, je ne suis pas inquiet quant aux ovales. Je pense qu’avoir sept années d’expériences en NASCAR et mon expérience en monoplace auparavant me suffiront. Je suis vraiment heureux de retrouver les ovales (…). Concernant les routiers, ce sera un chemin à suivre. J’ai toujours durant ma carrière réussi à me mettre dans le rythme plutôt rapidement. Avoir Helio et Will en tant que coéquipiers sera une grande aide. Je vais devoir apprendre beaucoup à nouveau, mais je suis prêt à relever le challenge. C’est le principal !

Du côté de Tim Cindric, le Président du Team Penske avoue que l’accord s’est fait sur le tard et partait au début d’une plaisanterie sur une grille de départ de NASCAR.

Je me rappelle que Juan et moi nous sommes croisés sur la grille du Michigan, et vous savez c’était aussi simple que : ‘Hey j’ai entendu que tu ne serai plus dans la #42. Que vas-tu faire ? ‘. Il m’a répondu ‘Je ne sais pas trop’. Et j’ai dit ‘Nous devrions te placer en IndyCar avec nous un de ces quatre.’ Et il a conclu par ‘OK il fait qu’on en discute.’

Si certains doutaient de l’attrait du champion CART 1999 et vainqueur de l’Indy 500 2000, Cindric a donné une réponse plutôt éloquente en ces temps de crise où le sport automobile ne vit presque que par les pilotes payants.

Roger (ndlr ; Penske) a voulu d’abord réunir les ingrédients de la gagne et a pensé que le financement viendrait ensuite. Tout est une question d’engagement de Roger envers cette discipline et envers la victoire. Pour répondre à la question (ndlr : avez-vous un sponsor ?), la réponse est ‘Non’. Nous n’avons même pas de sponsor pour une course aujourd’hui, mais je suis confiant pour la suite.

Enfin ses futurs coéquipiers n’ont pas caché leur joie et leur certitude de voir Montoya triompher de nouveau dans LA discipline qui l’a révélé sur la scène internationale.

Je suis très heureux à l’idée de le voir embarquer à bord et rejoindre l’IndyCar. Il a fait tellement en CART avec ses succès puis en Formule Un, son apport est massif., a avoué Will Power.

De son côté Helio Castroneves est convaincu qu’il permettra à l’IndyCar de poursuivre son retour vers les sommets en terme de popularité.

Pour la série, c’est génial de l’avoir de retour. Quelqu’un avec son aura est ce dont nous avions besoin et il est LE pilote en Colombie. Vous allez de nouveaux voir beaucoup de drapeaux colombiens dans les tribunes (…). Il est un gros plus pour chacun d’entre nous.

mi, libero ut quis, vulputate, libero. id commodo mattis