Kansas – Le crash fest pour Kevin Harvick

Parti de la pole postion Kevin Harvick a terminé les Hollywood Casino 400 disputés sur le Kansas Speedway sur la Victory Lane, mais ce fut loin d’être une sinécure pour l’ensemble du peloton.

Quinze, c’est le nombre de neutralisations de cette trentième épreuve de la saison disputée sur une piste rendue glissante notamment par la température ambiante bien plus froide qu’à l’habitude.


Kevin Harvick : “C’était une course très importante pour nous. Les gars ont fait du super boulot tout au long du week-end.”

Sous le drapeau à damier Harvick devance Kurt Busch, Jeff Gordon, Joey Logano, Carl Edwards, Jimmie Johnson, Paul Menard, Dale Earnhardt Jr., Marcos Ambrose et Aric Almirola pour le top-10. Onzième, Matt Kenseth est le premier pilote Toyota ; il conserve malgré tout la tête du championnat avec trois longueurs d’avance sur Jimmie Johnson. Kevin Harvick est troisième devant Jeff Gordon et Kyle Busch. Le top-5 est désormais séparé de trente-cinq points.

Dès le premier tour de la course c’est Danica Patrick qui partait à la faute et frappait violemment la course. La suite de l’épreuve ne sera qu’une succession de drapeaux jaunes entrecoupée de quelques longs runs sous drapeau vert.

Brian Vickers, Mark Martin, David Ragan, Kyle Busch, tous ont a un moment tapé violemment le mur et créé une neutralisation. Pour Kyle Busch il a tenu à bloquer Juan Pablo Montoya pour lui exprimer son mécontentement envers son pilotage, mais le Colombien ne s’est pas laissé intimidé lorsque le pilote de la Joe Gibbs Racing s’est rabattu sur lui.

Sur cet incident Kyle Busch a perdu très gros dans la lutte pour le titre et s’est justifié devant les journalistes en expliquant que tout le monde lui en voulait.

Leader du classement général, Matt Kenseth a connu une course très compliqué. Pénalisé pour excès de vitesse dans les stands à la mi-course le pilote de la Joe Gibbs Racing a expliqué avoir connu les pires conditions depuis Charlotte en 2005 lorsque le revêtement avait été changé et avait conduit à 22 drapeaux jaunes pour les Coca-Cola 600.

leo risus sit ut adipiscing leo. consequat. amet, vel, ipsum nec