Les Champions et vainqueurs de trophées en route pour la NASCAR US !

Ander Vilarino (Champion de la Division Elite)

Champion NASCAR Whelen Euro Series pour la deuxième année consécutive, Ander Vilarino a d’ores et déjà goûté à la course en peloton sur ovale en récompense de son premier sacre. L’Espagnol a en effet disputé le UNOH Battle at the Beach, dans l’antre mythique du Daytona International Speedway, lors des Speedweeks, en Floride, au mois de février dernier.

“Je suis heureux d’avoir la chance de retourner aux Etats-Unis après avoir vécu l’an passé la superbe expérience du UNOH Battle at the Beach,” se réjouit Vilarino. “Je dois une nouvelle fois remercier la NASCAR Whelen Euro Series de nous offrir de telles opportunités, non seulement pour moi en tant que Champion, mais également pour les lauréats de la Division Open et des différents trophées. Je ne sais pas encore quelle course sera inscrite à mon programme et nous devons encore la définir avec Jérôme Galpin, le Directeur de la série. Même si la décision finale ne me revient pas, j’aimerais beaucoup disputer une épreuve sur circuit routier dans l’une des séries nationales. Cette passerelle entre l’Europe et les Etats-Unis est une occasion rêvée pour nous tous qui rêvons de courir en NASCAR.”


Anthony Gandon (Champion de la Division Open)

A l’image de son équipier au sein de la structure TFT, Anthony Gandon, champion de la Division Open, a déjà vécu son expérience outre-Atlantique. Début août, en disputant la NASCAR Nationwide à Watkins Glen et Mid-Ohio, le Basque est en effet devenu le premier Français, depuis 1979, à prendre le départ d’une épreuve dans l’une des trois divisions nationales.

Mon objectif consistait à remporter le titre en Division Open,” explique-t-il. “La mission a été accomplie et je suis heureux pour l’ensemble de l’équipe TFT car, ajouté au titre d’Ander en Elite, elle est récompensée de tous les efforts fournis tout au long de la saison. Ayant déjà l’expérience de deux épreuves disputées en NASCAR Nationwide Series l’été dernier, je vais aborder plus sereinement la course que nous disputerons aux Etats-Unis. Je connais désormais leur manière de fonctionner et si elle se déroule bien sur ovale, notre épreuve de NASCAR Whelen Euro Series sur le Tours Speedway m’a permis de me mettre dans le bain. Je suis donc d’ores et déjà prêt à en découdre !”

Yann Zimmer (Lauréat du Trophée Jérôme Sarran)

Lorsqu’il s’est engagé en NASCAR Whelen Euro Series, le pilote Suisse n’a jamais caché ses ambitions de traverser l’Atlantique afin d’y poursuivre sa carrière. En remportant le Trophée Jérôme Sarran, réservé aux jeunes pilotes de moins de 25 ans, Yann Zimmer va pouvoir franchir une première étape. “Mon objectif consistait à remporter une course aux Etats-Unis,” confirme le pensionnaire du team OverDrive.

“J’y suis parvenu et grâce à la NASCAR Whelen Euro Series et Team FJ, une superbe opportunité s’offre à moi. Ne disputer qu’une course risque d’être un peu court pour se faire remarquer, mais il s’agira d’un tremplin énorme car mon but dans le futur est de courir dans les disciplines NASCAR aux USA. Si je signe une bonne performance sur un routier, ce sera considéré comme “normal” pour un européen car nous y sommes habitués. Ma préférence irait donc pour un circuit ovale. Un bon résultat sur ce type de tracé apporterait une crédibilité et la preuve que je suis capable de m’adapter rapidement à un nouvel environnement.”

Guillaume Rousseau (Lauréat du Trophée Challenger)

Réservé au Gentlemen Drivers de la Division Elite possèdant une longue et riche expérience en sport automobile, le Trophée Challenger a fait l’objet d’une âpre confrontation entre Guillaume Rousseau et Bruno Cosin. Le premier l’a finalement emporté et découvrira pour la toute première fois la course à l’américaine.

“Lorsque nous avons appris que les vainqueurs de Trophées remporteraient une course aux Etats-Unis, j’ai sacrifié le championnat Open pour me focaliser sur la victoire dans le Trophée Challenger,” avoue le pilote Bull Racing Team. “La lutte a été très serrée jusque dans la dernière course face à Bruno Cosin mais j’ai atteint mon objectif. Hormis les 24 Heures du Mans, courir aux USA, c’est un rêve de gosse qui va se réaliser ! Et quelle que soit la solution choisie, circuit routier ou ovale, le simple fait de courir là-bas vaudra tout l’or du monde. Je serais probablement plus à l’aise techniquement sur un tracé classique, mais disputer ma première course aux Etats-Unis sur un ovale, ce serait une expérience unique. Entre les deux, mon coeur balance, et il me tarde juste d’y être !”

Joaquin Gabarron (Lauréat du Trophée Gentleman)

Vainqueur du Trophée Gentlemen Division Open , Joaquin Gabarron a également pu se satisfaire de voir sa Chevrolet Camaro #5 qu’il partage avec Frédéric Gabillon remporter le titre Teams. La récompense américaine est donc la cerise sur le gateau pour le boss du Rapido Racing by Still. “Pour un pilote de ma catégorie, courir aux Etats-Unis représentera une expérience unique,” admet le Suisse.

“Je fais partie de la grande famille NASCAR en Europe et je suis impatient d’affronter nos amis américains. Ce sera une formidable opportunité de découvrir leur manière de fonctionner et pour moi un grand moment dans ma carrière de pilote. Nous sommes certainement mieux préparés pour les circuits routiers et je pense que nous sommes capables de rivaliser avec eux. Cependant, grâce à l’expérience de Tours Speedway où nous avons décroché la pole position, je sais désormais comment évoluer sur ovale. A l’origine, le sport automobile est pour moi un passe temps, mais cette récompense m’a apporté une motivation supplémentaire, et la disparition de mon père, deux jours avant la finale mancelle, m’a définitivement boosté pour remporter ce trophée que je peux désormais lui dédier.”

Jérôme Laurin (Lauréat du Trophée Legend)

Dernier de la liste et non des moindres, Jérôme Laurin a, du haut de ses 62 printemps, remporté le Trophée Legend dans lequel il était opposé aux concurrents de plus de 50 ans. Lui aussi effectuera son baptême au pays de l’Oncle Sam.

“Et je n’ai pas réllement d’attente car je ne sais pas à quelle sauce je vais être mangé,” s’amuse le pilote Pole Position 81. “C’est extraordinaire ce que je vais vivre et je ne peux même pas dire que c’est un rêve d’enfance qui va se réaliser car je n’aurais jamais imaginé disputer un jour une course NASCAR aux Etats-Unis. Que ce soit un circuit routier ou un ovale, tout me convient du moment qu’on m’explique ! En revanche, étant donné mon âge canonique, lorsque l’on m’aura expliqué les tenants et les aboutissants, il se peut que j’émette une réserve sur certaines propositions !”

adipiscing facilisis sed suscipit fringilla massa diam eget leo. et, ut