Les meilleures performances de l’année

Pour la première saison de la Gen-6 en NASCAR Sprint Cup, Jimmie Johnson a écrit une nouvelle page de son histoire en remportant son sixième titre de champion, il est désormais à une unité du record de Richard Petty et Dale Earnhardt, tous deux intronisés au Hall of Fame. Natif d’El Cajon en Californie et âgé de 38 ans, Johnson tentera en 2014 de les égaler.

Johnson a remporté les Daytona 500 pour la seconde fois de sa carrière et est devenu en juillet le premier pilote depuis 1982 à remporter les deux courses de Daytona inscrites au championnat en Sprint Cup.


Si la sixième génération de voitures n’a pas donné entière satisfaction, puisque les officiels ont choisi d’effectuer des modifications pour 2014, il y a eu dix-neuf records de battus en qualification, ainsi que 127 306 dépassements sous drapeau vert. La marge de victoire de 1,267 seconde, est la plus faible depuis 2005. Pas moins de vingt courses se sont terminées avec une marge de victoire de moins d’une seconde, améliorant de trois unités la marque de la saison précédente.

Dix-sept pilotes se sont imposés, cinq d’entre-eux n’avaient pas pas gagné en 2012, à deux longueurs du record dans l’ère moderne de la NASCAR.

Pilotes de l’année :

Jimmie Johnson : Quatre victoires, leader du championnat lors de vingt-trois des vingt-six premières manches de la saison, le pilote de la Hendrick Motorsports a débuté les playoffs en deuxième position derrière Matt Kenseth. Victorieux à Dover puis au Texas, Johnson a signé une place moyenne à l’arrivée de 5,0 pour décrocher le titre. Il est le seul pilote à s’être qualifiés aux dix playoffs.

Matt Kenseth (mention honorable) : Beaucoup pensaient que 2013 serait une année d’apprentissage pour Kenseth, mais sa transition de la Roush Fenway Racing à la Joe Gibbs Racing s’est excellemment bien passée et la bonne entente avec son nouveau chef d’équipe, Jason Ratcliff, a été immédiate. Sept fois vainqueur cette année, pour ce qui est son record sur une saison, Kenseth s’est notamment imposé lors des deux premières épreuves des playoffs, mais c’est en fin de saison qu’il a perdu pied, surtout durant l’épreuve de Phoenix.

Comeback de l’année :

Kurt Busch : Éjecte de la Penske Racing fin 2011, Kurt Busch avait trouvé refuge à la Phoenix Racing l’an dernier avant de terminer à la Furniture Row Racing, équipe qu’il a conduite au Chase pour la toute première fois de son histoire. Pas de victoire pour le champion 2004, mais une détermination sans faille et une dixième place à l’arrivée au championnat avec onze top-5 et seize top-10. En 2014 il sera à la Stewart-Haas Racing, en grande partie grâce à ses performances signées en 2013.

Kyle Busch (mention honorable) : Absent des playoffs en 2012, Kyle Busch a redressé la barre en 2013 avec quatre victoires dans la saison régulière. Son début de Chase est idéal avec deux deuxièmes places derrière Matt Kenseth, mais c’est la course du Kansas qui allait mettre un coup d’arrêt au pilote de la Joe Gibbs Racing, mais il n’a pas abdiqué pour autant, terminant le championnat en quatrième position, son meilleur résultat en carrière dans la division reine de la NASCAR.

Equipes de l’année :

Hendrick Motorsports : Rick Hendrick a une fois encore vu ses quatre pilotes se qualifier pour les playoffs et tous se sont imposés au moins une fois à l’exception de Dale Earnhardt Jr.. Le sacre de Jimmie Johnson a apporté le onzième titre de champion à l’écurie. En s’imposant à Martinsville Jeff Gordon a confirmé son statut de pilote en activité le plus victorieux avec 88 succès, alors que Dale Earnhardt Jr. avec dix top-5 a signé sa meilleure performance depuis qu’il pilote pour cette équipe. Kasey Kahne s’est quant à lui imposé à deux reprises.

Joe Gibbs Racing (mention honorable) : Matt Kenseth, Kyle Busch et Denny Hamlin ont permis à Joe Gibbs d’être le propriétaire d’équipe le plus victorieux cette année avec douze succès, soit un tiers de courses de la saison. Kenseth a débuté les playoffs en première position. Pour la première fois depuis 1999 deux pilotes de la Joe Gibbs Racing ont terminé le championnat dans le top-5.

Progrès de l’année :

Joey Logano : Pour sa première saison avec la Penske Racing, Logano a pris la mesure de son nouveau coéquipier, le champion 2012 Brad Keselowski. Logano s’est qualifié pour la toute première fois de sa carrière en playoffs. huitième du championnat, il signe son meilleur classement depuis ses débuts à temps complet en 2009. Outre sa victoire au Michigan, il a enregistré onze top-5, dix-neuf top-10 et mené 323 tours.

Brian Vickers (mention honorable) : champion Nationwide en 2003 à l’âge de 20 ans, Vickers a eu les pires difficultés à éclore au plus haut niveau. Le pilote de la Michael Waltrip Racing à temps partiel en Sprint Cup depuis 2012 a remporté la première course du New Hampshire, confirmant ainsi son retour à temps complet en Sprint Cup la saison prochaine.

Courses de l’année :

Aaron’s 499 sur le Talladega Superspeedway, le 4 mai : Certainement la plus belle histoire de la saison avec le doublé de la Front Row Motorsports, David Ragan s’imposant devant David Gilliland, pour ce qui est la première et à ce jour unique victoire en NASCAR Sprint Cup de l’équipe.

Auto Club 400 sur l’Auto Club Speedway, le 24 mars (mention honorable) : Kyle Busch a été le grand bénéficiaire de la querelle entre Joey Logano et Denny Hamlin dans les derniers tours de l’épreuve, se terminant par un spectaculaire accident dans le dernier tour alors qu’ils se battaient tous deux pour la victoire. Kyle Busch a pris l’extérieur pour s’imposer dans une course qui a vu quarante-et-un changements de leader.

IRWIN Tools Night Race sur le Bristol Motor Speedway, le 24 août (mention honorable) : La course nocturne de Bristol, antépénultième épreuve de la saison régulière, est souvent le théâtre de grandes batailles, l’édition 2013 n’a pas dérogé à la règle, Matt Kenseth, battant sous le drapeau à damier Kasey Kahne pour la victoire.

ut nec non commodo ut sed