Dakar 2014 : la folle semaine de Gordon

Après quelques saisons à bord de son Hummer H3, Robby Gordon a décidé, à l’issue de la saison dernière, repartir sur un nouveau Buggy, toujours au look du Hummer.

Motorisé par un V8 essence, des pneus Toyo Tires de 37 pouces et des suspensions au débattement qui fait pâlir les pilotes Mini dans les “whoops”.

Depuis 2005 et son arrivée sur le Dakar, Gordon s’est fait remarqué pour ses bonnes performances ou ses coups de gueule (ou de pare-choc). Il est devenu le premier américain à s’imposer sur une spéciale – en 2005 – et ambitionne de devenir le citoyen du pays de l’Oncle Sam à s’imposer au général.

Comme toute nouvelle voiture, il y a une période de rodage nécessaire, en particulier concernant la fiabilité, élément essentiel pour tout équipage souhaitant bien figurer.




Malheureusement, Gordon perdra près de trois heures lors des deux premières spéciales, de Rosario à San Luis et de San Luis à San Rafael. A l’instar des buggys de Ronan Chabot (SMG-RedBull) et Guerlain Chicherit (EVRacing), l’américain a rencontré des problèmes de surchauffe sur le circuit d’essence.

Robby Gordon : “J’ai fait plus de 1.000 km lors des essais avant le Rallye, et je n’ai rencontré aucun souci. C’est désespérant de perdre autant de temps dès le début du Dakar.”

Heureusement, lors de la troisième spéciale, son Buggy n’a pas rencontré de soucis, ce qui a permis à l’ancien pensionnaire de la Richard Childress Racing de se hisser à la sixième position.

Robby Gordon : “Les gars bossent depuis deux nuits sur le Buggy et il semble que les soucis ont été réparés. Je ne sais pas d’ou venait exactement le soucis, mais ils l’ont trouvé.”

Les spéciales suivantes n’ont pas réellement permis à Gordon de se montrer à son aise, il termine respectivement 14, 15 puis 21ème lors des quatre, cinq et sixième étapes.

Le terrain chilien devrait être plus favorable au buggys et permettre à Gordon d’imposer son Hummer devant la horde de Mini (11 engagés cette année) et le SMG de Sainz ou encore le Toyota Hilux de De Villiers.

felis pulvinar ultricies sed accumsan libero porta.