Action Express et Bourdais remportent les 24 Heures de Daytona !

A l’arrivée, Joao Barbosa a passé la ligne en vainqueur avec 1.461 secondes d’avance sur la Corvette DP du Wayne Taylor Racing pilotée par Max Angelelli. Le pilote italien, qui épaulait la famille Taylor (les frères Jordan et Ricky ainsi que le père Wayne), a tout tenté lors du dernier restart pour revenir sur le leader, après que la course ait été neutralisée suite à la sortie de route de la Porsche 911 GT America du Alex Job Racing, et relancé pour sept minutes seulement.

La seconde Corvette DP du Action Express Racing pilotée par les frères Burt et Brian Frisselle, ainsi que John Martin et Fabien Giroix, complète le podium devant une autre Corvette DP, celle du Spirit of Daytona Racing. Toujours en catégorie Prototype, le premier prototype P2 est l’Oreca-Nissan du Pickett Racing avec Klaus Graf, Lucas Luhr et Alex Brundle a décroché la quatrième place. Intouchables depuis le début du week-end, le prototype ORECA FLM09 du CORE Autosport s’est imposé en catégorie PC avec Colin Braun, Jon Bennett, Mark Wilkins and James Gue.

Parmi les grands déçus du week-end, on citera le Ganassi Racing, qui a vu ses deux Riley-Ford abandonner sur problème mécanique lors des deux dernières heures.

La catégorie GTLM a été également le théâtre d’un final haletant entre la Porsche 911 RSR officielle de Richard Lietz, Nick Tandy et du Français Patrick Pilet et la BMW Z4 RLL de Andy Priaulx, Bill Auberlen, Maxime Martin et Joey Hand, les deux voitures étant devenues esseulées en tête après les ennuis de boîte de vitesse de dernière minute de la Corvette C7.R de Gavin/Millner/Lidell. C’est finalement la Porsche qui a gardé l’avantage, décrochant la victoire avec 2.8 secondes d’avance sur la BMW.

Ce fut encore pire en GTD, avec un final controversé puisque la Ferrari 458 Italia GT3 du Level 5 Motorsports, pilotée par Alessandro Pier Guidi (l’Italien faisait équipe avec Scott Tucker, Jeff Segal, Townsend Bell et Bill Sweedler) était frappé par une pénalité de 75 secondes ajoutée à un stop-and-go dans le… dernier tour pour un contact avec l’Audi R8 du Flying Lizard, contact à vrai dire peu évident sur les images entre les deux voitures. Alors que la Ferrari était rétrogradée au 4e rang, l’Audi de Markus Winkelhock, Spencer Pumpelly, Tim Pappas et Nelson Canache héritait de la victoire.

A voir:
Résultats de la course.

quis id ut vulputate, tempus quis, commodo elit.