Richard Childress : ‘Le retour du n°3 ? On en a parlé avec Dale en 2000’

Si l’officialisation du retour du n°3 en NASCAR Sprint Cup Series ne date que de quelques semaines, la décision elle est en revanche beaucoup plus vieille, puisqu’elle date de 2000 lors d’une discussion avec Dale Earnhardt.

Bien que vice-champion de la NASCAR Sprint Cup derrière Bobby Labonte en 2000, Dale Earnhardt est sur le déclin et sait très bien que sa carrière touche à sa fin. Lors d’une discussion avec son patron Richard Childress dans le courant de cette année là, il évoque la suite à donner au n°3 dans la division reine de la NASCAR.


“En fait la décision a été prise il y a 14 ans lorsque Dale et moi parlions de sa retraite, ce qu’il voulait pour sa retraite et comment il pourrait aider l’équipe n°3 pour y mettre un pilote capable de gagner des courses et des titres”, confiait Richard Childress à l’occasion de la deuxième journée du Sprint Media Tour.

“Il n’était pas prévu de mettre un pilote dans cette voiture tant que ce n’était pas la bonne personne. Si Dale Earnhardt Jr. ou Kelley Earnhardt, ou Kerry Earnhardt, ou maintenant Jeffrey Earnhardt, tant que c’était un Earnhardt ou quelqu’un de ma famille, il aurait eu le n°3”, ajoute Richard Childress.

“Cette décision s’est prise il y a quatorze ans lorsque lui et moi nous sommes assis dans une vieille voiture alors qu’il pleuvait et que nous avons parlé de sa retraite”, poursuit Childress.

De retraite il n’y aura finalement pas pour Dale Earnhardt qui se tue dans le dernier tour des Daytona 500 en février 2001. Depuis, le n°3 n’est plus apparu en NASCAR Sprint Cup Series, autrement que sur les montants des portes des voitures de la Richard Childress Racing en hommage au septuple champion.

Austin Dillon pilotera la Chevrolet SS n°3 en NASCAR Sprint Cup dès cette année, une lourde tâche pour celui qui a porté ce numéro en Truck puis en Nationwide ces quatre dernières années. Cependant, une grande partie de la ‘Earnhardt Nation’ n’approuve pas ce choix.

porta. quis Donec et, ante. Phasellus in at