Aucune douleur pour Tony Stewart

Six mois après sa dernière apparition en NASCAR Sprint Cup Series, le triple champion de la discipline, Tony Stewart est revenu aux affaires à l’occasion des deux séances d’essais dédiées au Sprint Unlimited. Si tout n’est pas encore parfait, les choses sont sur la bonne voie, puisqu’il ne ressent aucune douleur.

Lors de la première séance Tony Stewart a roulé 24 tours dont 18 consécutifs dans le draft, sans se plaindre de la moindre douleurs suite aux trois interventions qu’il a subi après sa double fracture tibia-péroné.

“La bonne nouvelle c’est que je n’ai aucune douleur”, confiait Tony Stewart à la sortie de la voiture lors de la première séance. “C’était super. Nous verrons ce qu’il en est en fin de soirée. Pour être honnête c’est mieux que ce à quoi je m’attendais.”




Immobilisée pendant de longues semaines, la jambe de Tony Stewart serait, selon les médecins, à 65 % de sa capacité, il reste donc encore beaucoup à faire pour le triple champion avant d’être de retour à son meilleur niveau, probablement un an pour que sa jambe soit à cent pour cent.

“Je pensais que j’aurais mal”, ajoute Stewart. “C’était comme chausser une vieille paire de chaussures.”

Dixième de la première séance, Stewart n’était cependant, pas inquiet de son temps. Il sait bien que sur ce genre de piste ce qui compte, c’est avant tout l’habileté dans le draft et la capacité de se retrouver au bon endroit au bon moment pour aller gagner.

Tony Stewart n’a pas prévu de remplaçant pour le Sprint Unlimited si la douleur à la jambe l’empêchait de défendre correctement ses chances. Le pilote de la Chevrolet n°14 a également affirmé qu’il n’avait pas suivi de traitement particulier pour lutter contre la douleur.

Après six mois Tony Stewart est donc bel et bien de retour en NASCAR Sprint Cup Series et il n’a pas fallu longtemps pour s’en rendre compte. En effet, dès les premiers tours de la seconde session, Stewart s’est plaint dans sa radio du comportement de ses adversaires dans le draft, du Tony Stewart dans le texte !

venenatis, ut libero ut leo. sed