2014, l’année de Trevor Bayne ?

Il y a deux ans de cela, Ricky Stenhouse Jr gagnait son second titre de rang dans la seconde division de la NASCAR au volant de la Ford Mustang n°6 de la Roush Fenway Racing. La saison dernière, Trevor Bayne a enfin hérité d’un volant à temps complet et un héritage lourd. Sera t-il capable cette année de s’imposer au terme de la course de Miami ?

Les premiers éléments de réponse, sur les cinq premières courses de la saison – Daytona, Phoenix, Las Vegas, Bristol et Fontana – vont dans le bon sens. Trevor Bayne a de très bonnes statistiques avec 1 top5 et 5 top10 en 5 départs. Il est actuellement le co-leader du classement général avec le pensionnaire de la Chevrolet Camaro n°7, Regan Smith.

La saison dernière, le pilote de 23 ans avait enregistré une sixième place au classement général avec 1 victoire en Iowa, 7 top5 et 21 top10. Il avait réalisé sa meilleure position moyenne à l’arrivée avec 11,5 pour une saison complète. Mais l’objectif de voir une nouvelle fois la Ford n°6 triompher n’a pas été atteint.




Cette saison a commencé sous de bons hospices avec une troisième place à Daytona puis quatre arrivées dans les dix premiers lors des courses suivantes. Signe de bonne santé de l’équipe, l’engagement de trois voitures avec Chris Buescher dans la n°60 et Ryan Reed dans la n°16, respectivement 11 et 12ème au général.

La Roush Fenway Racing semble avoir travaillé dans la bonne direction cet hiver puisque les performances sont au rendez-vous. Bayne, qui a annoncé être atteint de sclérose en plaque, sait qu’il n’a plus que quelques saisons pour aller décrocher un titre national, consécration d’une carrière en NASCAR.

Si les cinq premières courses représentent un échantillon significatif de l’ensemble des pistes rencontrées durant l’intégralité de la saison, excepté les courses routières, le vainqueur des Daytona 500 2011 devrait se retrouver en position de pilote titrable lors des dernières épreuves de la saison 2014.

Lorem luctus ante. elementum ultricies leo venenatis et, consequat. dictum ipsum