Jimmie Johnson recherche la victoire

Sextuple champion NASCAR Sprint Cup, Jimmie Johnson n’a toujours pas gagné cette année, un fait inhabituel pour le pilote de la Hendrick Motorsports qui a pris l’habitude de dominer des courses, mais de ne pouvoir conclure dans les derniers tours.

Que ce soit à Fontana, ou à Martinsville, Jimmie Johnson a perdu la course dans les dix derniers tours. En Californie c’est un problème de pneumatique qui a éjecté Jimmie Johnson de la Victory Lane alors que sur le plus petit ovale de la saison, le pilote de la Chevrolet n°48 n’a rien pu faire face à Kurt Busch dans les toutes dernières boucles de l’épreuve.

Qualifié seizième au Texas le protégé de Chad Knaus a perdu toute chance dans les premiers tours de l’épreuve lorsque Dale Earnhardt Jr., top optimiste, a cru bon de couper dans l’herbe totalement détrempée de la ligne droite avant. Résultat la Chevrolet n°48 a reçu de l’herbe ainsi que de la boue qui ont endommagée tant la carrosserie que le pare-brise avant.




Après sept courses disputées cette année Jimmie Johnson n’a toujours pas la moindre victoire, s’il ne s’impose cette semaine en Caroline du Sud sur le Darlington Raceway ce sera la seconde fois de sa carrière qu’il arrive sans victoire à la neuvième manche du championnat. En douze saisons complètes il n’a jamais remporté sa première victoire au-delà de la douzième épreuve de la saison.

Interrogé sur le nouveau format de qualification pour les playoffs, le sextuple champion n’estime pas que cela soit un problème pour lui.

“Je ne ressens aucune pression avec ce nouveau formait”, confiait ainsi Jimmie Johnson la semaine dernière sur le Texas Motor Speedway. “L’objectif est de rouler dans le top-5, si c’est le cas vous avez la possibilité de gagner des courses. J’en ai gagné 66 et six championnats. Donc je ne pense pas avoir besoin de changer mon approche. Si je n’ai pas de victoire à deux courses de la fin de la saison régulière, il sera temps de changer d’opinion.”

Prochain élément de réponse samedi soir à Darlington où Johnson compte trois victoires, les deux courses de 2004, ainsi que celle de 2012.

venenatis, felis accumsan porta. Donec id risus. luctus