Bill Elliott parmi les entrants au Hall of Fame

La NASCAR a révélé les cinq noms qui seront intronisés dans son Hall of Fame en 2015. Champion 1988 de la NASCAR Sprint Cup, Bill Elliott fait son entrée, tout comme Wendell Scott, Joe Weatherly, Rex White et Fred Lorenzen. Enfin, Anne B. France, l’épouse de Bill France a reçu le Landmark Award, un nouveau prix décerné cette année.

En préambule de l’annonce des cinq nommés pour le Hall of Fame, Mike Helton a décerné le Landmark Award à Anne B. France, la femme de Bill France – le créateur de la NASCAR. Elle a joué un rôle prépondérant à Daytona puis au sein d’International Speedway Corp. devenant ainsi l’une des matriarches les plus connues de l’histoire du sport automobile mondial.

Bill Elliott a été plébiscité avec 87 % des suffrages exprimés parmi les 54 votes, devant Wendell Scott (58 %), Joe Weatherly (53 %), Rex White (43 %) et Fred Lorenzen (30 %). Les trois autres personnalités ayant reçu le plus de votes sont Jerry Cook, Robert Yates et Benny Parsons.




Le vote des fans sur NASCAR.com était quelque peu différent puisqu’il consacrait Wendell Scott, Bill Elliott, Benny Parsons, Rex White et Terry Labonte.

Outre les cinq nommés, vingt autres personnalités prétendaient à une place au Hall of Fame : Buddy Baker, Red Byron, Richard Childress, Jerry Cook, Ray Fox, Rick Hendrick, Bobby Isaac, Terry Labonte, Raymond Parks, Benny Parsons, Larry Phillips, O. Bruton Smith, Mike Stefanik, Curtis Turner et Robert Yates.

Bill Elliott :

En 37 ans de carrière, Bill Elliott s’est imposé à 44 reprises, ce qui le classe seizième et a signé 55 poles positions, sept pilotes seulement font mieux que lui dans cette catégorie. Champion 1988 avec six victoires, quinze top-5 et 22 top-10 en 29 courses, il compte seize titres de pilote le plus populaire, mais aussi deux Daytona 500 et trois Southern 500 à Darlington. Il s’est imposé une fois à Indianapolis, en 2002. Bill Elliott est le premier vainqueur du Winston Million.

Fred Lorenzen :

L’une des premières superstars et ce bien qu’il soit un pilote concourant à temps partiel. Il n’a jamais fait plus de 29 courses dans des saisons qui en comptaient plus de cinquante. S’il a débuté en tant que mécanicien avec l’équipe Holman-Moddy en 1960, il est devenu pilote à la fin de cette même année. En 1961 il remporte trois courses en quinze départs. Sa meilleure saison restera celle effectuée en 1963 avec six victoires, 21 top-5 et 23 top-10 en 29 départs. Malgré son absence lors de 26 épreuves cette saison là il se classe troisième du championnat. Enfin, en 1965 il remporte les Daytona 500, puis les World 600 sur le Charlotte Motor Speedway.

Wendell Scott

L’un des premiers pionniers de la NASCAR, il fut le premier Afro-américain à rouler à temps complet dans la première division de la NASCAR et le premier à remporter une course. En 495 départs il compte 147 top-10. L’héritage de Wendell Scott est toujours présent avec le programme Drive for Diversity, un programme lancé en 2004 pour favoriser l’intégration des femmes et hommes issus de la diversité.

Joe Weatherly :

Double champion en 1962 et 1963, il compte 25 victoires, mais ce n’est qu’une partie de l’histoire, puisqu’une décennie plus tôt il a remporté 101 victoires en NASCAR Modified, remportant le titre en 1953. Pour son premier titre dans la première série en 1962 il pilotait pour Bud Moore, l’année suivante pour neuf propriétaires différents !

Rex White :

La constance est la marque de fabrique de Rex White. Dans le top-5 de près de 50 % des 233 courses auxquelles il a participé, il n’a été hors du top-10 qu’à 30 % d’entre-elles. Rex White était un spécialiste des short tracks. Sur ses 28 victoires, deux seulement l’ont été sur des ovales de plus d’un mile. Lors de son titre en 1960 il a remporté six courses et 35 top-10 en 40 départs. En neuf saisons dans la première division il s’est classé six fois dans le top-10, dont en 1961, lorsqu’il a terminé vice-champion.

Aenean pulvinar vulputate, luctus sem, ultricies felis odio facilisis justo at leo