Jeff Gordon : ‘Je ne voulais pas abandonner la victoire’

Malgré des douleurs au dos le quadruple champion NASCAR Sprint Cup Series a participé à l’intégralité des Coca-Cola 600, douzième levée de la saison 2014 et s’est finalement classé septième, alors qu’il était en tête lors de la dernière relance à dix-sept tours de l’arrivée suite à un coup stratégique de son chef d’équipe.

Jeff Gordon qui ne prend que deux pneumatiques lors du dernier arrêt des Coca-Cola 600 pour aller chercher la victoire c’est du déjà-vu. En 1994, c’est de cette manière qu’il avait décroché sa toute première victoire en NASCAR Sprint Cup , grâce à ce choix effectué par son chef d’équipe d’alors, un certain Ray Evernham.

Cette année Alan Gustafson s’est inspiré de son illustre prédécesseur pour repositionner Jeff Gordon dans la lutte pour la victoire finale, mais un drapeau jaune à vingt tours de la fin, couplé à une énième mauvaise relance du quadruple champion ont fini par enterrer ses espoirs de victoires, vingt ans après son premier succès.




Cependant, l’actuel leader du classement général a inquiété tout le monde dans son équipe du fait de douleurs dans le dos qu’il a depuis samedi. Très raide en début de journée dimanche, il a subi des soins qui ont atténué sans douleur, mais la longueur de l’épreuve n’a cessé de préoccuper les employés de la Hendrick Motorsports, de ses mécaniciens à Rick Hendrick, en passant par son chef d’équipe.

“Je ne voulais pas abandonner une possibilité de gagner”, confiait Jeff Gordon après la course. “Nous avons toujours besoin de gagner des courses. C’était mon travail d’être dans la meilleure position possible tout au long de la course. C’est bien d’avoir une solution de secours et j’apprécie Regan Smith, mais je n’avais aucune intention de sortir de la voiture, sauf si les douleurs au dos avaient eu des effets sur ma santé à long terme.”

Jeff Gordon dispose désormais de quatre jours de repos avant de se retrouver derrière le volant de sa Chevrolet n°24 à Dover, une piste extrêmement physique et bosselée qui mettra encore à rude épreuve son dos.

“Je savais qu’il était très douloureux”, affirmait pour sa part Rick Hendrick à l’issue des Coaca-Cola 600. “J’étais inquiet. Alan Gustafson et moi en avons parlé et l’équipe discutait de cela également.”

Mécanicien de Jeff Gordon dans la seconde moitié des années 1990, Chad Knaus sait que le leader du championnat n’a pas choisi de rester dans la voiture par hasard. Certes il a souffert, mais il a galvanisé ses mécaniciens.

“Lorsqu’un gars de l’équipe voit ça, automatiquement il se transcende encore plus”, déclare Chad Knaus, vainqueur des Coca-Cola 600 2014 avec son pilote Jimmie Johnson. “Le respect que vous avez de quelqu’un quand vous êtes tenaces et douloureux est encore plus important. Je pense que ses gars, n’ont pas qu’ils ne le respectaient pas avant, ont maintenant une nouvelle appréciation de ce qu’il est et de ce qu’il a fait.”

at eget Lorem Phasellus amet, eleifend consectetur et, sed ut ut elementum