Ryan Hunter-Reay est un homme comblé

Le 25 mai dernier Ryan Hunter-Reay s’offrait l’Indy 500 pour sa septième participation sur cette course mythique. Il s’imposait devant Helio Castroneves pour une poignée de centièmes. Il a maintenant remporté les deux trophées les plus importants de l’année : le titre IndyCar Series (2012) et l’Indy 500 (2014).

Sixième en 2008, abandon en 2009, 18ème en 2010, 23ème en 2011, abandon en 2012, troisième avec 26 tours menés en 2013 ; il a finalement réussi à dompter la piste en remportant l’édition 2014 des 500 miles d’Indianapolis avec 56 tours en tête.

Sa victoire à Indianapolis lui permet de rentrer dans le cercle très prestigieux des légendes de la monoplace américaine. En effet, combiné à son titre de Champion IndyCar Series acquis en 2012, il rejoint des noms comme ceux de Sam Hornish Jr., Dario Franchitti, Tony Kanaan, Jacques Villeneuve, Rick Mears, Juan Pablo Montoya, A.J. Foyt et Mario Andretti au palmarès des pilotes ayant réussi à remporter le championnat et l’Indy 500 dans leur carrière.

Ryan Hunter-Reay :

“Cela signifie beaucoup pour moi. Et c’est probablement ce qui rend cette victoire encore plus grandiose. Du point de vue d’un pilote, le championnat est une très grande réussite. Mais l’Indy 500 fait partie de l’histoire de notre sport, c’est une course légendaire et je dirais même que c’est encore mieux que de remporter le Super Bowl. Depuis mes débuts je suis toujours resté moi-même et ce n’est pas maintenant que cela va changer. Quand j’étais petit, les pilotes qui se donnaient corps et âme pour aller chercher la victoire étaient mes idoles et aujourd’hui c’est mon style de pilotage ; je donne toujours tout ce que j’ai jusqu’au drapeau à damier.”

Avec cette deuxième victoire tôt dans la saison, celui que l’on surnomme RHR est déjà bien parti pour aller coiffer une seconde couronne IndyCar en trois ans puisqu’il possède désormais 40 points d’avance sur son plus proche poursuivant Will Power.

ut commodo tristique efficitur. consectetur felis adipiscing elementum nec