Jeff Gordon explique pourquoi il n’a pas sorti Carl Edwards

Deuxième de la course de Sonoma en NASCAR Sprint Cup Series, Jeff Gordon a échoué dans la quête d’une sixième victoire sur le circuit routier californien, butant sur Carl Edwards dans les derniers tours. Le recordman des victoires sur circuit routier n’a jamais été en mesure de mettre la pression sur le vainqueur dans les derniers tours et n’a pas tenté d’attaque désespérée dans le dernier virage de la course.

Dans le tout dernier virage de la course Jeff Gordon s’est dangereusement rapproché du pare-chocs arrière de la Ford Fusion n°99 de Carl Edwards, mais le Californien n’a pas touché le pilote de la Roush Fenway Racing qui a ainsi décroché sa première victoire sur circuit routier en Sprint Cup.

À l’issue de la course le pilote de la Chevrolet n°24 a tenu à clarifier la situation sur son action en piste, puisque certains s’attendaient à le voir aller au contact avec Carl Edwards.




“Ce n’est pas la peine de démolir le gars parce qu’il vous bloque”, confie ainsi Jeff Gordon. “Si vous courrez contre lui et que vous êtes plus rapide il vous bloque çà et là, mais vous ne devez pas céder le moindre pouce de terrain. Vous devez y aller en utilisant votre pare-chocs, mais je n’ai simplement pas pu le rattraper.”

Dans les derniers tours de la course Jeff Gordon a forcé Carl Edwards à commettre une ou plusieurs erreurs afin de le dépasser, en vain. C’est notamment dans les esses et à l’épingle que le quintuple vainqueur sur cette piste était plus rapide que son adversaire.

“Dans cette portion ma voiture était particulièrement rapide”, concède Jeff Gordon. “J’ai essayé de le faire sur-piloter dans le virage pour prendre l’intérieur. Il y a un avantage d’être collé aux pneumatiques dans ce virage, mais il le ratait à chaque fois. Je pensais que j’avais une chance de la faire. Il a bloqué ses freins, mais a pu prendre le virage et c’en était fini.”

Cependant, Jeff Gordon sait aussi qu’il a fait des erreurs dans la chasse à sa seconde victoire de la saison, trop d’erreurs pour prétendre rattraper Carl Edwards et le défier pour la victoire, notamment un blocage de roue à l’épingle à quelques tours de la fin.

“J’espérais avoir les cinq derniers tours pour le faire, car sans mes quelques erreurs, j’aurais pu être sur lui avec deux tours à faire et je pense que j’aurais eu une vraie chance”, ajoute Jeff Gordon. “Mais c’est comme cela que ça s’est passé.”

sem, commodo dapibus id Praesent facilisis et,