Juan Pablo Montoya retrouve le chemin de la victoire en IndyCar !

Juan Pablo Montoya a profité de la confiance du ‘Capitaine’ Roger Penske pour prouver à tout le monde qu’il était encore capable de gagner au volant d’une monoplace d’IndyCar. Le Colombien s’impose pour la première fois depuis l’an 2000 et réalise un week-end parfait avec la pole et la victoire sur le Pocono Raceway.

Montoya remporte une course assez calme durant laquelle les commissaires de piste n’ont utilisé le drapeau jaune qu’une seule fois, c’était au tour 160. Will Power a mené le premier quart de la course avant que Tony Kanaan ne prenne les commandes de l’épreuve pour les lâcher en fin de course sur une stratégie osée de la part de la Ganassi Racing, donnant ainsi l’opportunité à ‘JPM’ d’aller remporter la course dans les trois derniers tours.

Le natif de Bogota en Colombie signe sa 12ème victoire en IndyCar et remonte en quatrième place au classement général. Montoya gagne 14 ans après sa dernière victoire en monoplace Américaine et devient du même coup le premier pilote à s’être imposé en partant de la pole position cette année.

Il a gagné en CART, en F1, en NASCAR, en IndyCar, bref, tout ce qu’il touche se transforme en or un jour ou l’autre !

“Je remercie Roger Penske d’avoir cru en moi car ces dernières années ont été difficiles en NASCAR. Je me sens super bien en IndyCar et c’est un sentiment génial que de gagner à nouveau”, s’exclame Juan Pablo Montoya à la descente de sa voiture. “Je devais faire ce dépassement sur Power ! A ce moment là de la course soit vous y allez… Soit vous y allez (rires). J’ai un peu endommagé mon aileron avant dans la manœuvre mais cela n’a pas trop changé l’équilibre de la voiture”.

La majorité de la course s’est déroulée sous drapeau vert avant que Graham Rahal ne provoque le premier et dernier drapeau jaune de la journée en mettant sa Dallara-Honda n°15 dans le mur après 400 miles parcourus.

Au restart c’est Will Power qui relance en tête puisque la Chip Ganassi Racing ordonnait un peu plus tôt à Tony Kanaan de rentrer durant la neutralisation pour essayer de la jouer à la consommation alors qu’il menait la course de main de maître. Au final le Brésilien termine 11ème et était furieux à l’arrivée de la course.

Juan Pablo Montoya réussi ensuite à dépasser son coéquipier chez Penske pour prendre les commandes de l’épreuve mais endommage son aileron avant dans le dépassement. Fort heureusement pour lui, cet incident ne l’aura pas gêné pour terminer la course. Les pilotes ont finalement effectué leur dernier arrêt ravitaillement redonnant ainsi la tête de l’épreuve à ‘TK’, qui a dû faire un splash’n’go à trois tours de l’arrivée.

Will Power n’a pas pu terminer à la deuxième place puisqu’il a été victime d’une lourde pénalité l’obligeant à passer par la voie des stands pour un blocage sur Helio Castroneves alors que ce dernier tentait de le dépasser par l’intérieur dans la ligne droite avant. L’Australien se classe finalement dernier dans le top-10 mais garde malgré tout la tête du classement général à égalité de points avec Castroneves. Autant dire que Power était dépité de devoir passer une nouvelle fois par la voie des stands à un moment crucial de la course.

C’est donc Helio Castroneves qui s’empare de la deuxième position devant Carlos Munoz, meilleur pilote Andretti, qui monte encore sur le podium après sa troisième place à Houston en Course 1.

Malgré l’absence de neutralisations cela n’a pas empêché Takuma Sato, Carlos Huertas et Ryan Hunter-Reay d’être victime d’un problème électrique sur leur monoplace. Le leader de la Andretti-Autosport termine 18ème et laisse échapper la troisième place du général à Simon Pagenaud, brillant 6ème après une course en demi-teinte aux portes du top-10.

L’autre Français, Sébastien Bourdais, est remonté dans le classement au fil de la course mais n’a pu terminé mieux qu’une 16ème place final ; dépassé dans le dernier tour par son équiper chez KVSH Racing, Sebastian Saavedra.

A l’arrivée, le Team Penske fait LA bonne opération du week-end avec une pole, un doublé en course et ses trois pilotes qui sont maintenant en lutte pour le titre.

tristique tempus dapibus justo ut Lorem consequat. ipsum