Aric Almirola rapporte la n°43 sur la Victory Lane

Pour la première fois depuis 1999, une voiture frappée du numéro 43 s’est imposée en NASCAR Sprint Cup Series. Grâce à son succès acquis lors des Coke Zero 400, Aric Almirola obtient provisoirement sa place en playoffs et devient le onzième vainqueur de la saison alors que la mi-saison est atteinte.

Au terme d’une course agitée sur la piste, mais aussi dans le ciel avec une météo peu clémente, c’est Aric Almirola qui s’impose sur le Daytona International Speedway à l’occasion des Coke Zero 400, dix-huitième des trente-six épreuves de la saison. Le pilote de la Richard Petty Motorsports a résisté aux éléments climatiques, mais aussi aux six neutralisations, dont deux drapeaux rouges pour décrocher sa toute première victoire en carrière et rapporter le n°43 sur la Victory Lane pour la première fois depuis le 18 avril 1999 et la victoire de John Andretti au volant d’une Pontiac Grand Prix lors des Goody’s Body Pain 500 disputés sur le Martinsville Speedway.

Ce succès d’Aric Almirola tombe à point nommé pour la Richard Petty Motorsports qui a célébré vendredi les 30 ans de la 200ème et dernière victoire de Richard Petty en NASCAR Sprint Cup Series sur ce même ovale de Daytona.




“Oui, c’est vraiment très spécial”, avoue Aric Almirola. “Je l’ai dit à tout le monde dehors et je le redis encore, je ne pouvais rêver de meilleur endroit pour décrocher ma première victoire en carrière.”

Reportée d’une journée à cause d’une météo désastreuse samedi soir, la course a pu partir ce dimanche alors que midi approchait. Dès l’agitation du drapeau vert le peloton se montre nerveux en passant à trois voire quatre lignes de front et ce pour se placer le plus rapidement devant.

En effet, la pluie continue de menacer la fin de l’épreuve et très rapidement les chefs d’équipe comprennent qu’il s’agira d’une épreuve raccourcie, ainsi ils passent l’ordre au pilote de pointer en tête à partir du tour 80 qui marque la mi-course de l’épreuve.

Dès le septième tour l’épreuve est interrompue une première fois par la pluie, les officiels sont même contraints de déployer le drapeau rouge pendant 25 minutes et 43 secondes. Lors de la relance les pilotes sont tout aussi nerveux que précédemment et à quelques instants seulement du drapeau jaune de compétition instauré par la NASCAR au 20ème tour pour que les équipes vérifient l’état des pneumatiques, Ricky Stenhouse Jr. part à la faute alors qu’il est dans les premières places du peloton et embarque avec lui Tony Stewart, Jeff Gordon, Jimmie Johnson, Dale Earnhardt Jr., Marcos Ambrose, Matt Kenseth, Denny Hamlin, Kyle Larson, Carl Edwards, Trevor Bayne, AJ Allmendinger, Kevin Harvick ou encore Brad Keselowski.

Si c’est l’abandon pour Jimmie Johnson et AJ Allmendinger, tous les autres pilotes peuvent réparer et repartir, parfois avec plusieurs tours de retard, comme Dale Earnhardt Jr., qui pourra néanmoins revenir dans le même tour que les leaders à la faveur des deux neutralisations suivantes.

Alors que l’on pouvait légitimement penser que les pilotes allaient se calmer suite à cet accident il n’en est rien. Un nouveau ‘big one’, cette fois-ci vingt-six voitures sont impliquées, dont les trois de la Joe Gibbs Racing. Cet accident, au tour 99 provoque le second drapeau rouge de l’épreuve, cette fois de moins de cinq minutes, le temps d’enlever toutes les épaves présentes sur la piste et nettoyer cette dernière.

La course repart alors pour cinq tours sous drapeau vert avant que la pluie ne vienne définitivement sceller le sort de cette course en faveur d’Aric Almirola et la Richard Petty Motorsports.

sem, elit. commodo risus efficitur. felis ultricies ut id mattis porta.