La chevauchée fantastique de Ryan Hunter-Reay en Iowa !

La nuit dernière sur l’Iowa Speedway, Ryan Hunter-Reay s’est imposé royalement en IndyCar. Bloqué en fond de top-10 toute la course, l’Américain a profité d’une stratégie magistrale de la part de Michael Andretti pour remonter les monoplaces en pneus usés unes à unes après l’ultime restart à 9 tours du but.

Les Iowa Corn Indy 300 ne débutent pas très bien après l’arrivée de la pluie au 33ème tour de la course qui amène donc la première neutralisation du soir ainsi que le drapeau rouge. A ce moment-là, c’est Tony Kanaan qui est leader après avoir pris le holeshot des mains de son poleman de coéquipier Scott Dixon. Le Brésilien de la Chip Ganassi a d’ailleurs mené pas moins de 247 des 300 tours que comptait l’épreuve IndyCar.

Durant ces trente premiers tours Hunter-Reay gagnait huit places alors que Charlie Kimball en perdait onze. Après une brève interruption de plusieurs minutes les pilotes du championnat Verzion IndyCar Series ont pu reprendre la piste et la pluie n’a plus jamais fait parler d’elle.

Sur le restart, une fois la course relancée, Mikhail Aleshin part en tête à queue au Turn 4 en descendant un peu trop bas sur l’ovale. Manque de chance pour Takuma Sato qui passait par là et qui a dû mettre fin à sa course prématurément. Deuxième neutralisation. Au micro des journalistes Américains le patron A.J. Foyt ne cachait pas son mécontentement envers le coéquipier de Simon Pagenaud.

Au tour 90, les officiels de la série ont sorti un troisième drapeau jaune pour débris, provoqué par la voiture n°2 de Montoya. Le récent vainqueur de Pocono perdra un temps précieux dans son stand durant l’arrêt ravitaillement sous Safety Car.

A mi-course, on ne dénombre plus que 13 monoplaces dans le tour du leader. Et c’est à ce moment-là qu’un autre Colombien, en la personne de Sebastian Saavedra, décide d’amorcer une remontée fantastique à l’intérieur du top-10 qui le propulsa jusqu’en troisième position alors qu’il partait 17ème sur la grille de départ. Malheureusement ce qui devait arriver arriva et le pilote KVSH commis une nouvelle erreur de pilotage cette saison en allant taper le mur à la sortie du Turn 2. Nouvelle neutralisation. L’addition était salée pour Saavedra qui ressortait des stands avec 7 tours de retard.

Tony Kanaan toujours en tête après le restart et bien parti pour aller gagner la course si l’épreuve restait sous drapeau vert, eu la mauvaise surprise de constater la cinquième sortie du drapeau jaune à 70 tours de l’arrivée. Pire encore pour le Français Simon Pagenaud qui rentrait au stand au moment où le jaune sortait. Au final, Pagenaud perdait sa 6ème place et n’était plus dans le tour du leader. C’est Marco Andretti qui provoquait donc l’arrivée du Safety Car à cause d’une casse moteur.

Sur le restart ‘TK’ se faisait suptiliser la tête de la course par son équipier Scott Dixon auteur d’un bon arrêt au stand durant la neutralisation. A quelques tours du but, les esprits commencèrent à s’échauffer et on a pu assister à de jolies dépassements roues contre roues entre Hinchcliffe et Pagenaud, entre Kanaan et Dixon, entre Montoya et Newgarden, etc.

Juan Pablo Montoya, actuel 4ème du championnat, s’attaqua à Ed Carpenter pour une place dans le top-5 à 18 tours de l’arrivée mais partait en tête à queue au moment où le patron éponyme lui refermait la porte au nez à l’entrée du Turn 3. ‘JPM’ était furieux contre l’Américain.

C’est alors que Michael Andretti, chef de file de la Andretti-Autosport, appelle Ryan Hunter-Reay au stand pour mettre un jeu de pneumatiques Firestone tout neuf. Imité par Newgarden, Rahal et d’autres, Hunter-Reay sautait tout le monde sur le restart à neuf tours du but et dépassait ses adversaires un à un pour déposséder le pauvre Tony Kanaan de sa première place sous le drapeau blanc. Joseph Newgarden, parti de la 21ème position sur la grille de départ, se faufilait à son tour parmi les pilotes Penske et Ganassi, à la dérive en pneus usés, pour réaliser son meilleur résultat en carrière avec cette deuxième place.

Kanaan prenait malgré tout la dernière marche du podium en guise de lot de consolation et tombait dans les bars de son épouse à l’arrivée, dépité de ce dénouement final. Scott Dixon en pneus usées et Ed Carpenter en pneus neufs complètent le top-5. Hinchcliffe, Rahal, Castroneves, Briscoe et Kimball sont dans le top-10.

Simon Pagenaud, victime de ses pneumatiques, termine à la 11ème place alors que Sébastien Bourdais finit 19ème sur problème électronique. Le nouveau leader du championnat s’appelle Helio Castroneves puisque Will Power conclut sa journée à l’agonie en 14ème place.

La Andretti-Autosport remporte donc une cinquième victoire consécutive sur l’Iowa Speedway, la 14ème de la carrière de Ryan Hunter-Reay. A noter qu’aucun pilote en IndyCar n’a réussi à gagner depuis la pole position depuis qu’on vient sur ce short track.

Malgré un bon résultat d’ensemble des pilotes Chip Ganassi Racing, on ne peut que déplorer une nouvelle fois la stratégie incohérente de l’écurie qui a emmené Dario Franchitti au sommet de son art il y a quelques années de cela.

Les grands perdants du jour sont les quarte anciens leaders du classement général, Power, Castroneves, Pagenaud et Montoya qui ont laissé des plumes sur le dernier restart. Contrairement à ‘RHR’ qui interrompt son cercle noir de plusieurs mauvais résultats ces dernières semaines et qui se relance au championnat en passant de la 5ème à la 3ème place du classement pilote à 32 points de Castroneves.

“C’était complètement fou ! On a pris un gros risque en prenant le pari de mettre des pneus frais. Je tire mon chapeau à Ray Gosslin et Michael Andretti pour avoir pris cette décision. C’est un hold up mais chaque victoire est bonne à prendre. Aujourd’hui nous n’étions pas supposer gagner mais au final nous l’avons fait”, s’exprimait un Ryan Hunter-Reay plutôt réservé sur la Victory Lane.

“C’était comme si j’étais dans un jeu vidéo et que j’avais une voiture nettement supérieure au autres”, racontait le champion 2012, à propos des derniers tours de course.

velit, diam id ut ut Phasellus risus.