Jeff Gordon entre dans l’Histoire d’Indianapolis

L’Histoire avec un grand H s’est écrite aujourd’hui sur l’Indianapolis Motor Speedway avec la victoire de Jeff Gordon en NASCAR Sprint Cup. Le quadruple champion s’est imposé pour la cinquième fois de sa carrière sur le Brickyard, devenant ainsi le premier pilote à s’être imposé cinq fois sur l’ovale d’Indianapolis dans une série nationale.

En ce jour de Jeff Gordon’s Day, Jeff Gordon s’est imposé pour la cinquième fois de sa carrière sur l’Indianapolis Motor Speedway, dix ans après sa dernière victoire, mais surtout vingt ans après sa première victoire lors de l’édition inaugurale. C’est aussi et surtout sa 90ème victoire en NASCAR Sprint Cup Series.

Souvent enclin a faire de mauvais résultats, quelle que soit sa position sur la piste, Jeff Gordon a, selon ses dires au moment de décrocher la victoire, sorti le restart de sa vie lors de la dernière relance pour prendre la tête à son coéquipier Kasey Kahne et ne plus jamais la quitter.




“J’ai fait le restart de ma vie”, a commenté Jeff Gordon lorsqu’il a coupé la ligne d’arrivée. “À la fin je ne voulais tout simplement pas que le drapeau jaune soit brandi.”

Après 1998 et 2001, Jeff Gordon s’impose donc pour la troisième fois à Indianapolis en tant que leader du championnat. En 1998 et 2001, il avait remporté le titre de champion quelques mois plus tard. En sera-t-il de même cette année ? Réponse dans quelques semaines.

“Ce matin je lui ai dit que c’était son jour”, commente Rick Hendrick, vainqueur pour la neuvième fois à Indianapolis. Si la Hendrick Motorsports est l’équipe la plus victorieuse sur cette piste en NASCAR Sprint Cup Series avec neuf victoires, la deuxième équipe est très loin derrière puisqu’il s’agit de la Joe Gibbs Racing avec trois succès.

Sous le drapeau à damier Jeff Gordon s’impose avec 2,325 secondes d’avance sur Kyle Busch qui emmène le trio de la Joe Gibbs Racing aux places d’honneur, Denny Hamlin et Matt Kenseth terminant respectivement trois et quatrièmes de cette vingtième épreuve de l’année. Joey Logano complète le top-5.

Dépassé pour la tête par Jeff Gordon lors de l’ultime relance, Kasey Kahne ne peut faire mieux que sixième, devant le rookie Kyle Larson, Kevin Harvick, Dale Earnhardt Jr. et un autre rookie, Austin Dillon.

La course n’a été neutralisée qu’à quatre reprises, dont une fois au vingtième tour par ordre de la NASCAR afin que les équipes vérifient l’état des pneumatiques suite à la pluie qui s’est abattue sur la piste entre la dernière séance d’essais et la course.

À partir de cet instant les stratégies se sont dessinées et les pilotes ne faisaient que des runs d’une vingtaine de tours avant de repasser par la voie des stands, car la dégradation des pneumatiques était telle que la performance chutait énormément.

Danica Patrick a elle aussi été à l’origine d’une neutralisation suite à la casse de son différentiel arrière. Victime d’un accident dans le virage n°3 après une crevaison, Trevor Bayne a également contraint les officiels à sortir le drapeau jaune au tour 114.

Au classement général Jeff Gordon double son avance sur son dauphin Dale Earnhardt Jr. et compte désormais vingt-quatre longueurs d’avance sur celui-ci. Troisième, Brad Keselowski est à cinquante-et-une longueurs.

consectetur nec mi, ut pulvinar id, Praesent Aenean justo