Brad Keselowski : ‘Tout le monde chez Penske compte sur moi’

Interrogé sur son souhait de participer où non à des courses de sprint car, le champion NASCAR Sprint Cup 2012 avoue que le Team Penske fait partie des équipes les plus conservatrices à ce sujet et ce dans le but de ne pas connaître la situation actuelle de la Stewart-Haas Racing, à savoir appeler un autre pilote en remplacement, car le pilote titulaire est dans l’incapacité de tenir son rôle.

Demandez à un pilote de courir et il vous répondra forcément oui, car plus qu’un métier c’est avant tout une passion. En conséquence s’il peut courir dans toutes les séries nationales, puis sur des pistes locales il le fera, à moins qu’il ait une clause dans son contrat qui lui stipule de ne se cantonner qu’aux séries nationales ou alors dans des voitures fermées.

C’est le cas de Brad Keselowski qui depuis son arrivée au sein du Team Penske n’a fait qu’une course en dehors des séries nationales NASCAR. De l’aveu même du champion 2012 de la Sprint Cup, ce n’est clairement pas par manque d’intérêt.




“La réalité est qu’il y a 350 employés ici au sein du Team Penske”, déclare Brad Keselowski. “Chacun d’eux a un salaire compensé par des primes générées par des sponsors et des fans qui comptent sur moi pour piloter la voiture.”

La politique du Team Penske est donc claire, il faut limiter les risques que prennent les pilotes en-dehors des séries nationales et ce afin de contenter un maximum de personnes, les fans, les sponsors et les membres d’équipe qui vivent de l’argent dépensé par les fans et investi par les sponsors.

“Si quelque chose venait à m’arriver dans ces courses – qu’on l’admette ou nous, il y a plus de chances que cela arrive – tous les sponsors, tous les gens qui payent pour nous pour faire ces choses auraient le droit de partir” poursuit le pilote de la Ford Fusion n°2 en Sprint Cup. “Cela menace le travail et l’existence de 350 employés au sein du Team Penske.”

Si Brad Keselowski reconnaît volontiers que le Team Penske est l’une des équipes les plus conservatrices à ce sujet, l’herbe n’est pas forcément plus verte ailleurs. Joe Gibbs, l’ancien patron de Tony Stewart à la Joe Gibbs Racing, ne comprenait pas que ce dernier fasse autant de courses en-dehors des séries nationales NASCAR. Aujourd’hui, il ne comprend pas plus comment Kyle Busch, peut en faire de même et ce même si le pilote de la Toyota Camry n°18 n’a fait que quatre courses de late model cette saison et qu’aucune autre n’est inscrite à son calendrier d’ici la fin d’année.

Petit-fils de Richard Childress, Austin Dillon effectue quelques courses en late model avec une voiture de la Richard Childress Racing. Quant à Kasey Kahne, il possède sa propre équipe de sprint-car, mais il avoue que l’accident ayant coûté la vie à Kevin Ward Jr. au début du mois d’août l’a fait réfléchir et qu’il demande la permission avant de prendre part à ces épreuves.

id, risus elit. Aenean mattis ipsum nunc Aliquam Praesent Donec