Carlos Munoz meilleur rookie de l’année

Carlos Munoz a terminé le championnat IndyCar à la huitième place du classement général en 2014. Le pilote n°34 de la Andretti-Autosport s’est emparé du titre de ‘Rookie of The Year’ et on surveillera sa progression avec attention l’année prochaine. Il a terminé trois fois sur le podium cette saison.

Avant d’arriver en IndyCar, le Colombien Carlos Munoz a passé deux années en Indy Lights. En 2012, il finit sixième du championnat avec deux victoires et une pole position. En 2013, il prend la troisième place finale du général avec quatre victoires et cinq poles.

Depuis son entrée dans les championnats américains de monoplace, Munoz a toujours été dans le giron de la Andretti-Autosport, l’équipe qui l’engageait en Indy Lights et qui l’engage désormais en IndyCar. En 2013, Michael Andretti décide de le faire courir en wild card à Fontana et lors de l’Indy 500. Le résultat est fascinant puisqu’il s’empare du deuxième meilleur temps de la qualification à Indianapolis avant de terminer dauphin de Tony Kanaan pour sa toute première course d’IndyCar sur l’IMS.

La Andretti-Autosport prend donc la décision logique de remplacer E.J. Viso par le jeune rookie Carlos Munoz en IndyCar pour la saison 2014. Auteur de trois podiums, cinq top-5 et 8 top-10 en 18 épreuves, le natif de Bogota a réalisé une belle première saison en catégorie reine et repart avec le titre de ‘Rookie of The Year’ dans le top-10 du classement général. Seul bémol à sa saison: cinq abandons et zéro tours menés.

Carlos Munoz: “En tant que débutant en IndyCar Series, je pense que c’est l’année la plus forte en terme de rookies que la série n’ait jamais connu. Je suis monté sur plusieurs podiums et j’ai fait les résultats que j’espérais donc c’est une bonne saison. Je suis content d’avoir été nommé rookie de l’année. Comme je l’ai déjà dit, la concurrence était rude cette année et je suis très heureux de mon début de carrière en IndyCar. Nous avons bien terminé cette saison et j’espère obtenir d’autres trophées dans les années à venir.

et, leo. amet, Praesent neque. libero. Donec dictum lectus ut ipsum