Jimmie Johnson peut-il aller chercher son septième titre ?

Quatrième du classement général, Jimmie Johnson participe au Chase des NASCAR Sprint Cup Series pour la onzième fois de sa carrière. Le pilote de la Hendrick Motorsports tentera de décrocher son septième titre, ce qui lui permettrait d’égaler Dale Earnhardt et Richard Petty au rang des pilotes les plus titrés.

Sa saison 2014 :

Jimmie Johnson a connu un début de saison poussif, en ne signant pas le moindre succès lors des onze premières épreuves, puis le sextuple champion a trouvé la bonne combinaison en s’imposant à Charlotte, Dover ainsi qu’au Michigan, c’est-à-dire trois victoires en quatre courses et une bonne façon d’assurer sa place en playoffs.

Par la suite Jimmie Johnson a connu un gros creux avec deux quarante-deuxièmes places et une trente-neuvième en l’espace de quatre courses.




S’il n’a terminé qu’en cinquième position de la saison régulière, Jimmie Johnson n’est clairement pas à exclure de la lutte pour le titre. Le Chase est la période préférée de Jimmie Johnson et son chef d’équipe Chad Knaus, grand artisan des six titres de champion du pilote de la Chevrolet n°48 depuis 2006.

Ses précédents Chase :

Six titres, 24 victoires, 56 top-5, 74 top-10, voilà comment décrire les dix années de playoffs de Jimmie Johnson. Son plus mauvais classement est une sixième place en 2011. Il s’est également imposé au moins une fois lors de chaque Chase, son record étant de quatre succès tant en 2004 qu’en 2007 et 2009.

Sa piste préférée, Martinsville avec cinq victoires, devant Dover et ses quatre succès. Enfin, lorsqu’il s’impose à Phoenix, il est sacré champion en fin d’année. Ce fut le cas en 2007, 2008 et 2009.

Sa statistique :

100 – Le nombre de courses disputées en playoffs par Jimmie Johnson. Personne n’a jamais fait mieux. En cent courses, c’est 24 victoires, 56 top-5 et 74 top-10 et six titres de champion. Sur l’ensemble de ces statistiques, personne ne fait mieux.

Sa déclaration :

“Je suis impatient de débuter le Chase. J’espère commencer par une victoire à Chicago.”

Donec consequat. Nullam mattis elit. Lorem