Denis Dupont a hâte d’en découdre

Les playoffs en NASCAR Whelen Euro Series débutent la semaine prochaine en Italie plus précisément en Ombrie sur le tracé Autodromo dell’Umbria de Magione situé dans la province de Pérouse. Double vainqueur sur le Tours Speedway au mois de juillet, Denis Dupont souhaite en découdre.

Après deux mois d’inactivité les NASCAR Whelen Euro Series sont enfin de retour à la compétition et c’est en Italie que cela se passe. Si huit semaines sans compétition paraissent une éternité pour les spectateurs, ce n’est pas le cas pour les pilotes.

“Vu le coût d’une saison en sport automobile, il est impossible de s’entraîner”, explique le jeune pilote du RCP – Marc VDS. “J’ai profité de ces deux mois sans compétition pour faire du karting afin d’entretenir les sensations, mais aussi des entraînements durant lesquels j’ai travaillé ma condition physique.”




C’est donc fin prêt que Denis Dupont va aborder le cinquième meeting de la saison sur un tracé italien qu’il découvrira, comme les quatre autres pistes sur lesquelles il a roulé depuis le début de la saison.

“Je découvre chaque piste étant donné que c’est ma première saison”, confirme le jeune Belge. “Selon moi cela ne devrait pas changer grand-chose et les pilotes de tête resteront les mêmes.”

Une fois les courses de Magione disputées, la saison se clôturera en France sur le tracé Bugatti du Mans, une piste bien connu de Denis Dupont puisqu’il y a roulé à l’âge de 15 ans lors de la finale du RACB National Team.

“J’en garde un très bon souvenir, c’est une piste assez technique et il y règne une atmosphère unique”, se remémore Denis Dupont. “Je ne me fixe pas plus d’objectifs ici qu’ailleurs. Je donne le maximum sur chaque piste pour être le plus performant possible. Ce sera spécial de se rendre sur cette piste.”

Comme à son habitude, Denis Dupont pourra compter sur l’expérience de ses coéquipiers, notamment Bas Leinders avec qui il partage la Toyota Camry n°32 lors de chaque week-end de course.

“Ma collaboration avec l’équipe se passe très bien. Ils m’aident beaucoup et le fait de pouvoir comparer les données avec Bas (Leinders) et Markus (Palttala) est un plus indéniable”, affirme Denis Dupont. “Avec Bas nous avons une manière de fonctionner plutôt semblable, ce qui aide à la communication entre nous. Je me rappelle le premier meeting de Markus, à Brands Hatch, le soir alors que j’analysais les données avec l’ingénieur, il est venu me saluer et me gratifier d’un ‘you did a good job today’ (Tu as fait du bon travail aujourd’hui – ndlr.).”

Parallèlement à sa carrière en sport automobile, Denis Dupont poursuit sa scolarité au sein d’ICHEC à Bruxelles dans le but d’obtenir un master. Un véritable défi pour ce jeune pilote qui doit faire des sacrifices dans le but de démontrer que l’on peut être un bon pilote et doué sur les bancs de l’école.

“C’est vrai que cela demande beaucoup de temps et des sacrifices inévitables”, avoue Denis Dupont. “Il s’agit d’un choix. J’aurais pu faire des courses dans des catégories inférieures, ou des études plus simples, mais ce n’est pas ce qui m’attire. C’est un challenge important qui me demande une certaine organisation et m’oblige à laisser différentes choses de côté, mais j’apprends beaucoup.”

S’il est très impliqué en NASCAR Whelen Euro Series, Denis Dupont regarde également les performances du Team Marc VDS dont il est l’un des pilotes. L’endurance attire forcément son attention, notamment avec la performance réalisée par le Team Marc VDS aux 24 heures de Spa-Francorchamps.

“J’ai assisté de l’intérieur aux 24 heures de Spa où ils ont terminé deuxième, en se battant pour la victoire jusque dans les dernières secondes” concède Denis Dupont. “C’était extrêmement excitant et pour moi qui aie toujours beaucoup aimé les courses d’endurance, il est vrai que je ne peux m’empêcher de rêver à une telle situation. Il serait peut-être un peu tôt pour moi aujourd’hui de partager leur voiture sur de telles courses, mais il faut décomposer chaque rêve en objectifs à plus court terme et garder celui-ci en point de mir.”

Comme nombre de ses adversaires, Denis Dupont soigne son image sur les réseaux sociaux, que ce soit sur Facebook ou Twitter, une façon de communiquer directement avec les fans, comme cela peut se faire dans les paddocks NASCAR lors des différentes épreuves.

vel, et, neque. libero. diam id odio