Keselowski s’impose, Elliott se rapproche du titre

Inévitable, voilà comment qualifier le dépassement de fin de course de Brad Keselowski sur son coéquipier Ryan Blaney en NASCAR Nationwide Series sur le Charlotte Motor Speedway. Avec quatre pneumatiques frais Brad Keselowski a facilement fait la différence sur son jeune coéquipier pour aller chercher sa quatrième victoire de l’année.

Les drapeaux jaunes ont été si nombreux lors des Drive for the Cure 300 que les chefs d’équipe ont eu une multitude de stratégies possibles. À ce jeu là, c’est finalement Brad Keselowski qui s’est imposé, profitant de ses quatre gommes neuves prises au tour 182.

Si Ryan Blaney n’a pris que deux pneumatiques lors d’un arrêt au tour 169, cela lui a permis de remonter dans le classement et de mener la course dès la relance, pour tenir jusqu’au tour 186 avant de céder face à Brad Keselowski, puis Kyle Busch deux tours plus tard. Matt Kenseth termine troisième devant Ryan Blaney qui a résisté à Kyle Larson, cinquième.




Le rookie Chris Buescher est le mieux classé des réguliers de la Nationwide en sixième position, suivi de Trevor bayne, Chase Elliott, Elliott Sadler et Brian Scott pour le top-10.

Brad Keselowski a finalement coupé la ligne d’arrivée avec 0,377 seconde d’avance sur Kyle Busch pour décrocher son quatrième succès de la saison en neuf départs. Cependant, avant de faire le dépassement pour la gagne, le champion 2010 de la discipline a douté.

“Pendant la neutralisation (qui a précédé la dernière relance), j’étais confiant”, commente Brad Keselowski juste après sa victoire. “Puis il [Blaney] s’est échappé dans les cinq premiers tours. Il semblait très fort, puis sa voiture a semblé s’effondrer.”

Kyle Busch menait la course au tour 167 avec une seconde d’avance, mais la NASCAR a sorti le drapeau jaune, pour un élément de suspension dans la ligne droite arrière.

“Ils étaient très rapides toute la soirée”, déclare Kyle Busch à propos de l’équipe n°22 de Brad Keselowski. “Nous savions qu’avec soixante tours à faire nous avions un avantage sur eux en terme de pneumatiques, mais des neutralisations bizarres nous ruinent toujours nos courses. C’est une déception.”

Dans les deux premiers tiers de la course c’est pourtant Chase Elliott qui semblait être le pilote à battre. Parti de la pole position, il s’arrête hors séquence au tour 18. Reparti 19ème au tour 22, il est remonté cinquième au début des arrêts sous drapeau vert au tour 60, avant de prendre la tête de l’épreuve un tour plus tard.

Chase Elliott, Regan Smith, Brendan Gaughan et Dylan Kwasniewski, sont alors les seuls pilotes dans le tour du leader au 70ème passage. La neutralisation qui intervient à cet instant permet aux quatre pilotes de repasser par les stands sans perdre de tour et Chase Elliott relance en tête.

Regan Smith s’empare des commandes juste après la relance et aborde le drapeau rouge en première position, drapeau rouge brandi suite à un accident impliquant notamment Ty Dillon et Cale Conley. Chase Elliott reprend la tête au tour 83 et porte son avance à 2,5 secondes sur son coéquipier au passage de la mi-course.

Mais des stratégies variées ont eu raison des chances de victoire de Chase Elliott qui termine huitième et accroît son avance à 42 points sur son coéquipier Regan Smith, onzième sous le drapeau à damier.

Du fait de son accident, Ty Dillon termine trentième et perd deux places au classement général, dépassé par Brian Scott, troisième, ainsi qu’Elliott Sadler, quatrième.

Curabitur facilisis Aliquam leo. felis id