4 favoris, 4 outsiders, 4 courses

Avec quatre courses à disputer (Martinsville, Texas, Phoenix et Homestead) la saison 2014 des NASCAR Sprint Cup Series touche vraiment à sa fin. S’ils sont encore huit à pouvoir se disputer le titre, il y a les favoris d’un côté, au nombre de quatre, contre les outsiders. Qui l’emportera ? Y aura-t-il des surprises ?

D’un côté Brad Keselowski, Joey Logano, Jeff Gordon et Kevin Harvick pour le groupe des favoris, de l’autre Carl Edwards, Denny Hamlin, Matt Kenseth et Ryan Newman pour les outsiders. Deux groupes aux statistiques différentes.

Le groupe des favoris a combiné dix-huit victoires, 16 poles, 52 top-5, 74 top-10, mené 93 courses pour un total de 4994 tours menés. Pour les outsiders ce sont trois victoires, trois poles, 28 top-5, 60 top-10, 50 courses menées pour 862 tours parcourus en tête.




Ces statistiques laissent à penser que les outsiders n’ont aucune chance. Pourtant, à l’issue du deuxième tour, Ryan Newman pointe en troisième position du classement, suivi de Denny Hamlin, Matt Kenseth et Carl Edwards.

La question est donc de savoir si Carl Edwards, Denny Hamlin, Matt Kenseth ou Ryan Newman peuvent s’immiscer dans le Final Four d’une part et trouver les ressources nécessaires à Homestead pour aller décrocher le titre ?

Denny Hamlin compte quatre victoires à Martinsville et est le tenant du titre à Homestead. Quand on sait qu’une victoire de l’un des membres du top-8 lors des trois prochaines courses vous assure une place en finale, le pilote de la Toyota Camry n°11 peut être légitimement considéré comme un épouvantail.

“Est-ce que j’ai la vitesse ? Nous ne l’avons pas encore montré”, analyse Denny Hamlin lors de la journée média organisée au Hall of Fame de la NASCAR, à Charlotte, pour les pilotes qualifiés au troisième tour. “Mais sur ces pistes, la vitesse n’est pas un gros problème. Même au Texas qui est une piste rapide, il y a suffisamment de dégradation des pneumatiques pour qu’une bonne tenue de route soit primordiale. Il n’y a aucune raison pour que nous ne soyons pas aussi compétitifs que les sept autres contre qui nous allons nous battre lors des quatre dernières courses.”

Ryan Newman est celui dont les statistiques les moins impressionnantes avec trois top-5 et quatorze top-10 pour sept tours menés et quarante-et-une boucles passées à mener le peloton. Pourtant avec quatorze top-10, il fait aussi bien que Denny Hamlin et en compte un de plus que Ryan Newman. Sixième, septième et cinquième des trois courses du deuxième tour, le pilote de la Richard Childress Racing est clairement monté en puissance après une saison régulière des plus ternes.

“Nous revenons sur certaines pistes pour la seconde fois”, confie Ryan Newman qui est dans sa première saison de collaboration avec la Richard Childress Racing. “C’est notre chance de montrer ce que nous avons appris. Nous avons la faculté de le faire.”

De son côté Carl Edwards est dans sa dernière saison avec la Roush Fenway Racing, bien qu’il compte deux victoires cette année, à Bristol puis à Sonoma, il se montre lucide dans son analyse de saison. “Nous ne sommes pas l’équipe dominante. Nous avons eu des difficultés. Nous avons l’impression que nous savons ce que nous avons à faire.”

Qui va se qualifier pour la grande finale ? Premier élément de réponse dès ce dimanche à Martinsville, une piste qui sourit traditionnellement à Jeff Gordon et Denny Hamlin, alors que Brad Keselowski, Joey Logano ou encore Matt Kenseth y sont généralement plus en difficulté.

leo. pulvinar suscipit fringilla Praesent at nunc felis mattis ipsum sed dolor.