Peugeot Sport dévoile les couleurs définitives du 2008 DKR!

Après avoir dévoilé l’auto en carbone intégral puis les chiffres de la bête, Peugeot Sport vient de présenter la robe qu’arborera cette dernière lors du prochain Dakar dans 1 mois et demi. Les trois 2008 DKR sont donc fin prêts pour le plus grand rallye raid du monde.

Les partenaires étant auparavant en WRC avec Citroën, on ne peut nier une grande ressemblance entre ce 2008 et les anciennes C4 WRC et DS3 WRC que Sebastien Loeb pilotait entre 2008 et 2012.
Quoi qu’il en soit, les pilotes ont l’air d’apprécier. “Elle paraît bien plus agressive comme ça !”, s’enthousiasme Cyril Despres, peu habitué aux effets de style sur une telle surface de carrosserie. Stéphane Peterhansel, quant à lui, repère tout de suite l’agrément qu’offre ce nouveau graphisme aux équipages. “Le fait que l’habitacle soit entouré de blanc est un bon atout contre la chaleur. J’ai déjà roulé avec un toit noir et cela fait une vraie différence!”

Les milliers de kilomètres avalés ces derniers mois au Maroc par la Peugeot 2008 DKR ont encouragé toute l’équipe dans ce nouveau projet. “Les essais que nous avons menés nous ont confortés dans nos choix techniques”, confirme Bruno Famin, directeur de Peugeot Sport. Toutefois, compte-tenu de la jeunesse de la bête, la prudence est de rigueur. “Nous abordons cette aventure avec ambition mais aussi avec beaucoup, beaucoup d’humilité. En attaquant ce programme rallye raid par l’épreuve la plus dure qui soit, nous allons sûrement découvrir beaucoup d’obstacles et de problèmes. Nous devons donc prendre les étapes les unes après les autres. Pour cette première année, notre objectif numéro 1 est d’aller le plus loin possible avec un maximum de voitures”.

Peugeot 2008 DKR


Expert en mise en point et rodé à tous les types de voitures, Carlos Sainz valide le bienfondé des options techniques. ” L’équipe a préparé une voiture très spéciale, novatrice, qui offre une véritable polyvalence pour affronter les différents types de terrains que nous sommes susceptibles de rencontrer. Le concept fonctionne bien. A l’issue de nos tests, nous savons que nous pouvons aller très vite même si, comme pour toute voiture de course dans sa première année d’existence, il est difficile d’être sûr à 100 % de sa fiabilité.”

Pour toute l’équipe de Peugeot Sport, le programme est encore bien chargé : dès le 20 novembre, les camions d’assistance, remplis de matériel et de pièces détachées, embarqueront sur le bateau qui les mènera en Argentine. Il faudra ensuite finir de monter les trois voitures de course qui partiront par avion à la mi-décembre, non sans avoir procédé à une ultime séance d’essais au Maroc, début décembre. Les pilotes devront aussi s’adonner à un intense stage de mécanique pour se préparer à toutes les interventions d’urgence sur leur monture ou pour faire face à l’étape marathon (sans assistance extérieure) qui les attends en janvier.

A 48 jours du départ, le repos n’est pas donc pas de mise pour l’équipe française, mais tous ces efforts ne seront surement pas vain au moment de parcourir les dunes et chemins sud-américains!

consequat. tristique porta. luctus ultricies elit. sit ut commodo dolor id