[DAKAR] Une première semaine compliquée pour Gordon

Du bon et du beaucoup moins bon. C’est la façon la plus simple de qualifier et résumer les six premiers jours de course de l’équipage américain. Lors des derniers préparatifs pré Dakar 2015, la confiance était de mise dans les rangs du team Speed Energy. De nombreux tests avaient été effectués pour améliorer le Gordini et résoudre les problèmes de surchauffe de 2014. Ainsi ce truck était “meilleur que mon meilleur Hummer” annonçait Gordon.

Effectivement dès la première étape du Dakar, la bonne forme du Hummer se confirmait puisque ce dernier était crédité du deuxième temps. (après la pénalité de 2min infligée à Al-Attiyah). A la suite de ce résultat, beaucoup d’espoirs étaient fondés sur cette nouvelle version du Gordini. Mais malheureusement, la mécanique a une nouvelle fois joué des tours à l’américain puisque les feins ont littéralement pris feu au km 40 de la deuxième spéciale. S’en est suivi, un autre arrêt sur le bord de la piste à 30 kms de l’arrivée. A l’arrivée, ce problème technique a fait perdre plus de 4h a l’équipe et leur a donc ôté toutes chances de victoire.

Ainsi, les montagnes russes pouvaient commencer pour Gordon. Au soir de la troisième étape, le Hummer était une nouvelle fois au rendez-vous puisqu’une remontée de 35 concurrents le plaçait en quinzième position finale de l’étape et lui permettait de faire un bond de dix places au général. Le lendemain, l’équipage s’élançait gonflé à bloc mais un nouveau problème faisait perdre 50 min au duo et détruisait tout espoir de bon résultat. Chaque journée était donc à l’opposée de celle de la veille et le cinquième jour confirma cette règle puisqu’une troisième place à seulement 1min 25sec du vainqueur démontrait les capacités du truck américain.

La sixième spéciale marquait la première marque de régularité du team américain puisqu’ après une troisième place la veille, Gordon franchissait la ligne d’arrivée en quatrième position après un duel acharné avec le Qatari Al-Attiyah et le français Peterhansel. Cette performance confirmait donc les bonnes qualités du Hummer qui se plaçait au niveau des Minis, Toyota, Peugeot et annonçait enfin des résultats positifs sur la longueur et non plus sur une seule journée.

Le lendemain, débutait la fameuse étape marathon où la gestion de la course était primordiale pour arriver sans soucis majeurs à l’arrivée et surtout rouler sur la deuxième partie du marathon en ayant toues les chances de sont côté. Avec une neuvième place en arrivant en Bolivie, Gordon ne prenait aucun risque et assurait le minimum pour le lendemain. Mais les vieux démons du Gordini ressurgirent puisqu’un problème sur la deuxième partie du marathon fera perdre plus d’une heure à l’équipage américain. La journée de repos ne commença donc pas de la meilleure des façons pour le team puisque un long travail de réparations les attendait lundi.

Il reste maintenant une semaine à Gordon pour pouvoir assurer de bons résultats et pourquoi pas une victoire d’étape qui est tant attendue. Justement, la reprise de la compétition aujourd’hui commence par 30 kilomètres de dunes qui pourrait favoriser l’équipage américain sur leur Hummer et ainsi leur permettre de finir en haut de la feuille des temps.

 

En motos, pas de repos hier mais plutôt la deuxième partie de leur étape marathon. Barreda Bort a perdu le Dakar sur ce tracé qui amenait les concurrents d’Uyuni à Iquique. En effet, l’espagnol n’a pu redémarrer sa Honda et a donc dû être tracté par l’un de ses coéquipiers. Résultat, 04h20 de perdu sur Marc Coma et toutes chances de bons résultats envolées. De son côté Quintanilla continu sur sa bonne forme et gagne la spéciale avec 11sec d’avance sur Pedrero Garcia et 12sec sur Svitko. Très bon résultat de la meilleur femme du plateau, Laia Sanz qui termine cinquième à 02min 36sec du chilien. Au général, Coma passe donc en tête et compte désormais 09min 11sec d’avance sur Gonçalves et 11min 11sec sur Quintanilla. Barreda descend à une lointaine 24ème place à 04h11min 38sec de son compatriote.

Chez les quads, le classement général a également changé. Lors de cette spéciale, Sonik a perdu 30 minutes sur Casale et perd le leadership de l’épreuve. C’est Gonzalez Ferioli qui gagne devant le Chilien (+07min 54sec) et Lafuente (+11min 04sec). Ainsi au général, Casale reprend le leadership à Sonik qui passe deuxième (+06min 49sec). Lafuente reste troisième à 49mmin 11sec de la tête.

 

Cette après-midi, étape commune à tous les concurrents. Au total, 450 kms de portions chronométrées, qui départageront les rescapés des deux étapes marathon de ce week-end.

 

consectetur sed ultricies tristique Aenean diam libero ut velit, Aliquam