24 H de Daytona – Arrivée : Le Ganassi Racing vainqueur !

Régulièrement aux avant-postes, le Ganassi Racing a finalement décroché la victoire à l’issue de ces 24 Heures de Daytona. Même si la n°01 de Pruett/Hand/Karam/Kimball a dû renoncer suite à des problèmes mécaniques, l’équipe de Chip Ganassi peut se féliciter de porter à la victoire la n°02 pilotée par l’équipage Scott Dixon/Tony Kanaan/Jamie McMurray/Kyle Larson. La lutte était serrée durant tout le double tour d’horloge, notamment avec la Corvette DP du Wayne Taylor Racing de Ricky et Jordan Taylor et Max Angelelli, qui n’a jamais lâché l’affaire, pointant régulièrement aux avant-poste au gré des ravitaillements.

Mais le WTR a totalement raté sa fin de course, se retrouvant contrainte de stopper sa voiture à 10 mn de la fin lors de l’ultime neutralisation pour faire respecter le temps de conduite imposé pour ses pilotes, et placer en catastrophe Jordan Taylor au volant en remplacement de son frère Ricky. Ayant de surcroît effectué cette opération alors que la pitlane était fermée, l’équipe écopait encore d’une pénalité, qui la reléguait au troisième rang final derrière la Corvette DP du Action Express Racing des champions en titre Christian Fittipaldi et Joao Barbosa, associés à l’occasion à Sébastien Bourdais, et qui accrochent finalement une bonne deuxième place, après un final en trombe, et malgré des problèmes techniques dans la nuit, et un an après leur victoire lors des 24 Heures de Daytona 2014. 

Pour l’anecdote, Jamie McMurray s’impose aux 24 Heures de Daytona cinq ans après sa victoire aux Daytona 500.

En GTLM, la lutte fut tout aussi serrée, voire encore davantage. Après les déboires des deux Porsche officielles, qui se sont percutées durant la nuit, puis l’accrochage entre la Corvette C7.R officielle n°4 avec un concurrent DP, la lutte s’est resserrée entre la Corvette n°3, la BMW Z4 RLL n°25 et la Porsche 911 RSR du Falken Tire. Au final, la Corvette et la BMW se sont livrées une bataille acharnée jusque dans les derniers instants de la course. Revenue au contact de la Corvette lors de l’ultime ravitaillement à un quart d’heure de l’arrivée, la BMW Z4 pilotée par Dirk Werner dans les dernières heures échouait à seulement… cinq dixièmes de seconde de la Corvette pilotée par Antonio Garcia. Ce dernier remportait la victoire, associé à Jan Magnussen et Ryan Briscoe, devant le quatuor BMW Bill Auberlen, Dirk Werner, Bruno Spengler et Augusto Farfus.

En GTD, la victoire est revenue à la Dodge Viper SRT GT3-R du Riley Motorsport avec Ben Keating, Kuno Wittmer, Dominik Farnbacher, Al Carter et Cameron Lawrence, qui se sont imposés devant la Porsche 911 GT America du Alex Job Racing. Une belle revanche pour le Riley Motorsport, privé du soutien officiel de Dodge en GTLM cette saison malgré le titre acquis en 2014, et qui espère toujours s’aligner au Mans.

En catégorie PC enfin, c’est l’ORECA FLM09 du PR1/Mathiasen qui décroche la victoire avec ses pilotes Tom Kimber-Smith, Andrew Palmer, Mike Gausch et Andrew Novick, après que la voiture de tête, celle de l’équipe CORE Autosport, sortait durement de la piste à 20 minutes de la fin, provoquant la dernière neutralisation.

Après cette ouverture de la saison tonitruante du Tudor United Sports Car Championship, avec du spectacle à tous les étages, les concurrents se retrouveront pour un autre monument, le 21 mars prochain, pour les 12 Heures de Sebring, deuxième épreuve du calendrier.

ultricies pulvinar libero ut Aliquam in massa suscipit luctus accumsan