Cinq icônes intronisées au Hall of Fame de la NASCAR

Bill Elliott a remporté à seize reprises le titre de pilote le plus populaire dans la première division de la NASCAR ce qui est fait aujourd’hui encore un record. Tout au long de ses 37 années de carrière, celui qui était surnommé Awesome Bill from Dawsonville a remporté quarante-quatre victoires (seizième pilote le plus victorieux) et 55 poles (huitième plus prolifique), ainsi que le titre de Champion Sprint Cup en 1988. Il compte également deux DAYTONA 500 et trois Southern 500.

“Une chose que je vois en commun avec tous ces pilotes c’est le dur travail et l’implication que tous ces gars ont eu. C’est tout simplement incroyable.”

– Bill Elliott

Fred Lorenzen est considéré comme l’une des premières superstars de la discipline. S’il n’a jamais pris part à plus de 29 courses dans des saisons qui en comptaient plus de cinquante, le natif d’Elmhurst dans l’Illinois s’est imposé à 26 reprises entre 1961 et 1967 et c’est en 1963 qu’il a signé sa meilleure saison avec six victoires, 21 top-5, 23 top-10 en 29 départs. Victorieux en 1965 des DAYTONA 500 et des World 600, Fred Lorenzen dispose du cinquième meilleur pourcentage de victoires dans l’histoire de la NASCAR avec 16,86.

“Mon père disait toujours qu’il n’y avait pas de limite et qu’il ne fallait laisser personne nous dire le contraire. C’était sa phrase la plus importante et il a vécu de cette façon. Il croyait également que les gens provoquaient leur propre chance.”

– Chris Lorenzen, fils de Fred

Un véritable pionnier, c’est ce qu’était Wendell Scott, premier Afro-américain à piloter à temps complet dans la première division de la NASCAR et premier également à s’imposer. En 495 départs il a compilé 147 top-10 et s’est classé quatre fois dans le top-10 du classement. Vainqueur de plus de cent courses sur des pistes régionales avant de faire ses débuts dans les séries nationales, il s’est notamment imposé à 22 reprises sur le Southside Speedway de Richmond en Virginie lors de la saison 1959 pour remporter les titres en Sportsman Division et NASCAR Virginia Sportsman Championships.

“L’héritage de Wendell Scott le dépeint comme l’un des coureurs les plus avant-gardistes de la NASCAR. Papa était un grand homme d’honneur. Il n’a jamais laissé les circonstances lui dicter ce qu’il devait être.”

– Franklin Scott, fils de Wendell



Double champion en 1962 et 1963 dans la division reine, Joe Weatherly s’est imposé à 25 reprises avant de trouver la mort en janvier 1964 en Californie sur le Riverside Raceway. Connu comme le Clown Prince of Racing du fait de son caractère jovial, il s’est illustré dans de nombreuses catégorie, puisqu’il s’est imposé à 101 reprises entre 1952 et 1953 en NASCAR Modified division, remportant le titre en 1953 avant de remporter douze courses de 1956 à 1959 en NASCAR Convertible Division.

“Il aimait sa famille et était généreux, mais je suis sûre qu’il y a de nombreux souvenirs de lui que les fans pourraient partager. Il avait le sens de l’humour, il aimait rire et prendre du bon temps. Il avait toujours un grand sourire au visage.”

– Joy Barbee, nièce de Joe Weatherly

Rex White est encore aujourd’hui l’un des tous meilleurs pilotes de l’histoire de la NASCAR sur les short tracks. Dans le top-5 pratiquement une fois sur deux lors de ses 233 courses, il n’en a terminé que trente pour cent au-delà du top-10.  28 fois victorieux, il ne l’a été qu’à deux reprises sur des ovales de plus d’un mile. Champion en 1960 au volant d’une voiture de sa propre équipe il s’est imposé à six reprises et a décroché 35 top-10 en quarante courses. Six fois dans le top-10 en neuf saisons, il s’est également classé vice-champion en 1961.

“Les mots ne peuvent exprimer l’honneur que c’est pour moi d’être intronisé au Hall of Fame de la NASCAR. Personne n’a remporté de titre soi-même et personne n’est entré seul au Hall of Fame. Je suis le symbole d’un effort d’équipe.”

– Rex White

Cinq pilotes en activité ont intronisé la promotion 2915 du Hall of Fame, Kasey Kahne pour Bill Elliott, Tony Stewart pour Fred Lorenzen, Jeff Gordon pour Wendell Scott, Brad Keseowski pour Joe Weatherly et enfin Kevin Harvick pour Rex White.

sem, lectus leo. risus. vel, Donec felis sit risus