Joey Logano remporte les DAYTONA 500

Joey Logano a parfaitement tenu son rang d’arbitre dans le duel entre la Hendrick Motorsports et la Joe Gibbs Racing pour la victoire finale dans The Great American Race. Le pilote de la Team Penske s’est montré le plus malin dans les derniers tours de la course pour aller décrocher sa toute première victoire sur le Daytona International Speedway à l’occasion des DAYTONA 500. Il a pris la tête à neuf tours de la fin pour ne plus jamais la quitter.

Alors que l’intensité est montée crescendo, les pilotes de la Hendrick Motorsports ont plié les uns après les autres et c’est finalement Joey Logano qui s’est montré le plus solide pour aller chercher la victoire après une arrivée sous le régime du green-white-checkered du fait d’une neutralisation tardive suite à un accident de Justin Allgaier.

Joey Logano remporte ainsi son premier succès sur un ovale à plaque de restriction dans la division reine de la NASCAR en résistant à Kevin Harvick, Dale Earnhardt Jr., Denny Hamlin et Jimmie Johnson pour le top-5. La course s’est terminée sous drapeau jaune avec un accident dans la ligne droite arrière du dernier tour impliquant notamment, Kyle Larson, Austin Dillon ou encore Jeff Gordon.



“Je ne peux pas y croire, c’est tellement incroyable. Ce sont les DAYTONA 500 ! C’était tellement nerveux à la fin. Les ovales à plaque sont notre point faible. Clint Bowyer a été sacrément bon pour nous pousser. Je dois remercier tout le monde, mon chef d’équipe, mon spotter.”
– Joey Logano

Joey Logano offre ainsi à Roger Penske sa seconde victoire aux DAYTONA 500, la première ayant été acquise par Ryan Newman lors de la cinquantième édition de cette course, en 2008, lors d’un doublé mémorable pour la Team Penske, puisque Kurt Busch avait pris la deuxième place ce jour-là.

Avant le départ de la course la Hendrick Motorsports était clairement l’écurie à battre et cherchait à remporter les DAYTONA 500 pour la troisième fois de suite après Jimmie Johnson en 2013 et Dale Earnhardt Jr. en 2014. L’équipe de Rick Hendrick a dominé de la tête et des épaules le début de course en menant les 45 premiers tours, avant que Joey Logano se montre en tête pour la toute première fois de la journée. Cependant, la Hendrick Motorsports en général et Jeff Gordon en particulier était au-dessus du lot en début de course. Le quadruple champion, auteur de la pole position a mené 77 des 100 premiers tours, mais n’a plus été en mesure de remonter jouer les premiers rôles lorsqu’il s’est retrouvé dans le trafic.

Au tour 160 la Team Penske a connu un coup dur avec la casse du moteur de Brad Keselowski. Joey Logano perdait alors un allier de poids en vue de la fin de course, d’autant qu’à partir de la relance la course s’est durcie avec un peloton à trois de front, jusqu’à une nouvelle casse moteur, cette fois-ci pour Ryan Blaney le pilote de la Wood Brothers Racing, écurie affiliée à la Team Penske. Joey Logano a alors demandé dans sa radio à ses mécaniciens de prier afin que son V8 tienne jusqu’au drapeau à damier.

Une fois encore Tony Stewart a joué de malchance dans cette course étant impliqué dans un accident peu avant le premier quart de la course. S’il a repris la piste après de longues minutes dans les garages et plus de 60 tours de retard, le triple champion a fini par abandonner une fois qu’il n’avait plus aucune place à gagner. Il termine la course en 42ème et avant-dernière position. Il est désormais à zéro victoire pour dix-sept participations aux DAYTONA 500 et sa malchance dans cette course n’est pas sans rappeler celle d’un certain Dale Earnhardt qui a mis vingt ans avant de s’imposer.

Grâce à sa victoire Joey Logano occupe la tête du classement général et se retrouve en bonne position en vue d’une qualification pour le Chase au soir de la 26ème course.

libero tempus Curabitur vulputate, adipiscing dolor. libero ultricies