Brad Keselowski au bout du suspens à Fontana

Un tour c’est en tout et pour tout ce qu’a mené Brad Keselowski lors des 209 qui ont composé l’épreuve de Fontana en NASCAR Sprint Cup Series, les Auto Club 400. Le pilote de la Team Penske a parfaitement tiré profit de la stratégie mise en place par son chef d’équipe dans les tous derniers tours de la course.

Seul pilote à prendre quatre pneumatiques avant le premier des deux green-white-checkered qui ont conclu cette course, Brad Keselowski pensait ne pas pouvoir jouer la victoire sur l’Auto Club Speedway, mais dans les deux derniers tours, ses quatre gommes fraîches lui ont procuré un avantage certain sur ces rivaux, à commencer par Kevin Harvick et Kurt Busch qui n’avaient changé que le train extérieur.

Malgré des problèmes de tenue de route et de vitesse tout au long du week-end, Brad Keselowski parvient à arracher la victoire dans le dernier tour d’une course qui n’aura pas manqué de rebondissements, que ce soit dans les stands ou sur la piste.

Mon chef d’équipe a pris la bonne décision. Je pensais finir cinquième ou sixième, mais je gagne. Kevin Harvick et Kurt Busch ont fait du sacré boulot. Tout le week-end nous avons manqué de vitesse, mais les gars ont fait du bon boulot et n’ont jamais abandonné.
– Brad Keselowski



Dès l’agitation du drapeau vert Kurt Busch et Kevin Harvick s’expliquaient pour la tête de l’épreuve avec un avantage au champion 2004 qui a été le plus vu en tête durant cette cinquième levée de la saison. Si les compères de la Stewart-Haas Racing avaient l’avantage sur la piste, la Joe Gibbs Racing prenait systématiquement la main dans les stands avec de très bons arrêts, notamment pour Matt Kenseth, qui en a effectué trois en onze secondes ou moins, mais une casse mécanique à l’arrière droit lors de son dernier arrêt lui a coûté toute chance de victoire.

Denny Hamlin a lui aussi tout perdu lors de ce même arrêt aux stands, à une quinzaine de tours de l’arrivée lorsqu’il a été contrôlé en excès de vitesse. Le pilote de la Toyota Camry avait passé la plus grande majorité de la course dans le top-5 et pouvait légitimement prétendre à la victoire finale, ce qui aurait été la troisième de suite de la Joe Gibbs Racing, puisque Kyle Busch a remporté les éditions 2013 et 2014.

Du fait des déboires de la Joe Gibbs Racing, la Stewart-Haas Racing a repris la main et le duo Kurt Busch Kevin Harvick s’est extirpé du peloton dès la relance à une dizaine de tours du drapeau à damier pour s’expliquer pour la gagne, mais à moins de deux tours de l’arrivée la NASCAR a sorti le drapeau jaune pour débris. Tous les pilotes, exception faite de Jeff Gordon, Tony Stewart et Greg Biffle, sont repassés par les stands pour prendre deux pneumatiques. Paul Wolfe, le chef d’équipe de Brad Keselowski a choisi de changer les quatre pneumatiques.

Dès la relance, les pilotes qui n’ont pas changé leurs pneumatiques se sont faits déborder, Greg Biffle perdant la bagatelle de 21 places en un tiers de tours, mais un nouveau débris, un morceau de carrosserie de la voiture de Kyle Larson a de nouveau contraint les officiels à sortir le drapeau jaune pour la septième et dernière fois de la journée.

Brad Keselowsi s’impose finalement avec 710 millièmes d’avance sur Kevin Harvick qui porte à huit sa série de top-2 consécutifs. Kurt Busch termine troisième, suivi de Paul Menard, Ryan Newamn, Dale Earnhardt Jr., Joey Logano, Martin Truex Jr., Jimmie Johnson et Jeff Gordon pour le top-10.

Au classement général, Kevin Harvick compte 28 points d’avance sur Joey Logano et 33 sur Martin Truex Jr. Quatrième, Dale Earnhardt Jr. est déjà à plus d’une course de retard alors que cinq courses seulement ont été disputées.

Praesent nunc efficitur. ipsum mi, Sed Donec id, id suscipit ut eleifend