La NASCAR lance une analyse des pneus

Après l’épreuve de Phoenix la NASCAR avait récupéré des pneumatiques de Joey Logano et Kevin Harvick pour une analyse qui n’avait rien révélé d’extraordinaire, autrement dit ni la Team Penske, ni la Stewart-Haas Racing n’ont eu recours à un subterfuge pour faire progresser illégalement la voiture.

À l’issue de la course de Fontana, la NASCAR a décidé de reproduire son expérience en récupérant cette fois les pneumatiques de Kevin Harvick, Kurt Busch, Paul Menard et Ryan Newman, qui ont respectivement terminé de la deuxième à la cinquième place en Californie. Ces pneumatiques ont été apportés au R&D Center de la NASCAR à Concord en Caroline du Nord et seront examinés par une entreprise indépendante.

Goodyear, le fournisseur de pneumatiques pour les trois séries nationales de la NASCAR n’est donc aucunement impliqué dans cet examen approfondi que la NASCAR nomme “audit des pneumatiques”. Cette décision de confisquer des pneumatiques pour une scrutation plus poussée a été prise indépendamment de Goodyear et n’est pas en lien avec un quelconque problème longévité des gommes.



En cas de problème de pneumatiques, il n’est pas rare que Goodyear récupère des pneumatiques. Ceux de Dale Earnhardt Jr. et Brad Keselowski avaient été rapportés à l’usine mère d’Akron dans l’Ohio après l’épreuve du Kansas Speedway en octobre dernier, les deux pilotes avaient connu des problèmes de pneumatique pendant la course.

Invité sur la chaîne de radio SiriusXM NASCAR, Steve O’Donnell, le vice-président de la NASCAR en charge de la compétition a indiqué que l’audit de pneumatiques est quelque chose que la NASCAR “aime faire de temps à autre”.

En revanche, il est plus rare pour la NASCAR de soumettre les pneumatiques à une entreprise indépendante pour un examen. Cela avait été le cas en août 1998 après l’épreuve de Loudon remportée par Jeff Gordon, lorsque Jack Roush, patron de Mark Martin et grand rival de Jeff Gordon cette année-là, avait accusé la NASCAR de falsification du résultat des analyses, alors que la NASCAR avait indiqué ne rien avoir trouvé d’illégal.

odio accumsan Donec libero mi, nunc dolor ut in