La pénalité de Ryan Newman maintenue

Près de dix heures, c’est le temps qu’a duré le dernier appel de la Richard Childress Racing pour que Randy Moss rende finalement son verdict, le même que celui décidé le 16 avril. La Richard Childress Racing n’a désormais plus aucun recours et doit composer avec la décision annoncée.

L’infraction constatée remonte au 22 mars dernier sur l’Auto Club Speedway, la NASCAR, qui soupçonnait certaines équipes de modifier les pneumatiques, a lancé une analyse des gommes fournies par Goodyear par une entreprise indépendante. L’analyse a révélé que la Richard Childress Racing faisait de petits trous dans les gommes fournies par Goodyear afin d’évacuer le surplus de pression dans les pneumatiques et ainsi gagner en performance sur la durée du run.

Initialement la NASCAR avait infligé 75 points de pénalité à Ryan Newman au classement des pilotes ainsi qu’à Richard Childress à celui des propriétaires. Luke Lambert le chef d’équipe a écopé de 125 000 dollars d’amende et six courses de suspension plus toutes les épreuves hors-championnat dans l’intervalle, il a également été placé sous probation jusqu’au 31 décembre. La probation et la suspension s’appliquaient également à James Bender et Philip Surgen, technicien pneumatique et ingénieur de l’équipe respectivement.



L’appel du 16 avril avait réduit la sanction à 50 points de pénalité pour Ryan Newman et Richard Childress, alors que Luke Lambert voyait son amende réduite à 75 000 dollars, les autres pénalités restant identiques à celles précédemment infligées, mais les suspensions étaient en attente d’application puisque la Richard Childress Racing avait fait appel.

L’appel final n’a pas modifié la décision prise le 16 avril, ce qui fait que Luke Lambert, James Bender et Philip Surgent sont maintenant suspendus pour les six prochaines courses plus le week-end de la All-Star. Ils reviendront donc à la compétition pour l’épreuve de Daytona au début du mois de juillet.

La Richard Childress Racing s’est exprimée par le biais de son porte-parole, Tim Packman, indiquant qu’elle n’était pas d’accord avec la décision finale.

mattis lectus risus massa Sed venenatis, at dolor. mi,