Sébastien Bourdais se joue des éléments à Detroit

La pluie est une fois encore venue perturber la journée de dimanche à Detroit en IndyCar. Si la séance qualificative a été annulée, la course a pu avoir lieu et 68 des 70 tours prévus ont pu être bouclé. Sous le drapeau à damier c’est le Français Sébastien Bourdais qui s’est imposé au terme d’une course très hachée, surtout dans sa seconde partie.

Ni la pluie, ni les neutralisations, ni le drapeau rouge n’auront eu raison de la patience du Manceaux qui s’impose dans une course qui sera allée au-delà du terme des deux heures. Les officiels ayant décidé d’arrêter la course au drapeau rouge au tour 65 suite à un accident entre Hélio Castroneves et Will Power – deux des pilotes de la Team Penske – la relance a été donnée pour 5 minutes et 30 secondes, afin d’essayer de terminer sous drapeau vert.

Sous le drapeau à damier, le Français devance Takuma Sato, Graham Rahal, Tristan Vautier qui signe son meilleur résultat en carrière et Marco Andretti pour le top-5. Le rookie Conor Daly termine finalement sixième suivi de Jack Hawksworth, Ryan Hunter-Reayn Gabby Chaves et Juan Pablo Montoya, qui conserve les commandes du championnat.

“C’est une sacrée sensation, surtout après la débâcle d’hier. Tout est allé de travers hier, alors qu’aujourd’hui tout s’est déroulé correctement.”
— Sébastien Bourdais



La pluie étant toujours présente lors du drapeau vert, tous les pilotes partent en pneumatiques prévus pour la pluie et Will Power en profite pour surprendre son coéquipier de la Team Penske, Juan Pablo Montoya, pour mener les deux premiers tours. Le Colombien récupère son bien dès le troisième tour et commence à creuser un écart conséquent sur ses adversaires, profitant de l’absence de projection d’eau devant lui, ce qui ne lui pose aucun problème de visibilité.

Vainqueur hier, Carlos Muñoz est rapidement mis hors course, la faute à une casse moteur dans le sixième tour. Le pilote de la Andretti Autosport parvient à atteindre une échappatoire ce qui fait que la course n’est pas neutralisée.

Il faut attendre la mi-course et un accident de Rodolfo González, qui venait de chausser des pneumatiques slicks, pour voir la première neutralisation et surtout la course changer de physionomie. S’il n’y a eu aucune neutralisation lors des 35 premiers tours, elles seront au nombre de sept sur les 33 tours qui suivront. Lors de cette neutralisation, la très grande majorité du peloton repasse par la voie des stands, Juan Pablo Montoya et Sébastien Bourdais faisant le pari de chausser des pneumatiques slicks sur une piste encore humide par endroits.

Conor Daly, reste en piste et hérite de la tête de l’épreuve. Celui qui remplace James Hinchcliffe dans la n°5 se fait remarquer en menant plus d’une dizaine de tours, ses tous premiers en IndyCar, avant de repasser par la voie des stands au tour 51 et de laisser le commandement à Sébastien Bourdais qui ne le quittera plus jusqu’au drapeau à damier et ce malgré les différentes neutralisations.

Après ces deux courses de Detroit, le plateau de l’IndyCar a rendez-vous avec le Texas Motor Speedway dès la semaine prochaine, pour la deuxième course de la saison à se disputer sur ovale.

at in massa libero quis, consectetur