Des franchises dès 2016 ?

De très nombreux sports américains utilisent le système des franchises et des ligues fermées. Le sport automobile est l’un des derniers sports à résister à ce système, mais dès 2016 tout pourrait changer en NASCAR, balayant d’un coup d’un seul près de sept décennies de traditions durant lesquelles la NASCAR traitait les propriétaires comme des entrepreneurs indépendants.

Ce système serait en train de vivre ces derniers instants si l’on en croît notre confrère d’ESPN.com Bob Pockrass qui rapporte que des discussions sont en cours entre les différentes écuries et la NASCAR pour se rapprocher d’un système de franchises ou d’une alternative qui assurerait à un certain nombre de voitures d’être au départ de toutes les courses.

“Ce que je peux dire c’est que la NASCAR et les écuries travaillent sur une sorte de partenariat à long terme pour être impliqué dans le sport année après année. C’est une bonne chose. Quand vous regardez d’autres sports à travers le monde c’est de cette façon qu’ils fonctionnent. La question est donc de savoir si ce modèle peut s’appliquer à la NASCAR et avoir un sens pour tout le monde. C’est un concept très sensé. C’est un projet qui avance.”
— Rob Kauffman, copropriétaire de la Michael Waltrip Racing et responsable de l’alliance des équipes de course



Si le projet de franchise est novateur, ce ne serait pas la première fois que la NASCAR utilise un système de ce genre. En effet, de 2005 à 2012 la règle du top-35 a été utilisée en NASCAR Sprint Cup (Top-30 en XFINITY et top-35 en Truck – ndlr) pour garantir aux 35 premiers propriétaires du classement des propriétaires une place dans la course suivante.

Si un tel système entre en vigueur, la NASCAR devra fixer un droit d’inscription à l’année pour chacune des écuries, mais aussi le nombre d’écuries qui auront le droit à ce traitement, 20, 25, 30, plus ?

Ce système pourrait être un avantage pour les petites équipes, en effet, même avec un droit d’entrée élevé, il sera plus facile de vendre une partie de la voiture à des sponsors si l’équipe est assurée de prendre part à toutes les courses plutôt qu’à devoir se qualifier à chaque épreuve. Quant aux écuries les plus fortunées elles seront certaines d’éviter la catastrophe industrielle liée à une non-qualification, comme cela a été le cas pour Ricky Stenhouse Jr. et la Roush Fenway Racing à l’automne dernier sur le Talladega Superspeedway.

Pas moins de cinq propriétaires d’écurie ont reconnu des discussions entre la NASCAR et la Racing Team Alliance, l’association des équipes qui a vu le jour il y a maintenant un an, mais aucun d’eux n’a souhaité s’exprimer à ce sujet.

“Je ne sais pas ce qui se passe. Il y a des gens plus intelligents que moi qui travaillent là-dessus. J’essaye simplement de rester en arrière-plan.”
— Chip Ganassi

Du côté de la NASCAR on reconnaît également des discussions avec l’association des équipes sur de très nombreux sujets concernant notamment l’avenir de la discipline.

“Comme toujours nous travaillons avec toutes les équipes sur un nombre d’initiatives à court et long terme pour s’assurer que ce sport reste sain, fort et le plus compétitif possible aujourd’hui et pour les décennies à venir. Nous avons des discussions très productives avec tout le monde dans le garage et beaucoup de bonnes idées y sont échangées. Nous sommes très heureux de la collaboration (avec la Racing Team Alliance), mais il n’est pas approprié de discuter de la tenue de nos discussions ni de spéculer ni de spéculer sur un éventuel programme à venir.”
— Brent Dewar, chef d’exploitation NASCAR

felis mi, libero. luctus risus. massa dapibus