Des pilotes mécontents après Fontana

En cette année 2015 l’IndyCar avance à tâton en ce qui concerne le règlement des nouveaux kits aérodynamiques fournis par les deux motoristes engagés, Chevrolet et Honda. Après le fiasco de l’Indy 500 qui a vu de nombreuses monoplaces se retourner lors des essais lorsqu’elles tapaient le mur les instances dirigeantes ont pris la décision d’ajouter de l’appui pour l’épreuve de Fontana. Résultat, tout le monde à fond et une course en paquet digne de Daytona ou Talladega en NASCAR, ou encore à l’époque de l’IRL sur les ovales d’un mile et demi. Bref tout sauf ce qui l’IndyCar souhaite.

À l’issue de la course de nombreux pilotes se sont exprimés, si certains ont trouvé l’épreuve intense, mais n’ont rien trouvé à redire, c’est le cas de Graham Rahal, vainqueur des MAVTV 500, tous ne partagent pas son avis à commencer par Will Power qui a vu des similitudes avec la funeste épreuve de Las Vegas en fin d’année 2011 lors de laquelle le double vainqueur de l’Indy 500, Dan Wheldon a perdu la vie.

“Quelqu’un va mourir. C’était la même chose qu’à Las Vegas, mais sur 500 miles. Une ou plusieurs personnes doivent perdre leur travail, car c’est une honte absolue.”
— Will Power



L’Australien, très véhément à l’encontre des instances s’est retrouvé impliqué dans un accident à neuf tours de l’arrivée avec le Japonais Takuma Sato et a perdu toute chance de victoire. La course est repartie pour quelques tours avant de se terminer sous drapeau jaune suite au très gros accident impliquant Ryan Briscoe et Ryan Hunter-Reay sous le drapeau blanc du dernier tour.

Juan Pablo Montoya, leader du championnat et vainqueur de l’Indy 500 cette année pour la seconde fois de sa carrière s’est lui aussi exprimé en s’en prenant en partie à certains de ses pairs qu’il ne nomme pas de manière explicite.

“Sommes-nous chanceux que personne ne soit blessé ? Oui nous le sommes, mais ils ne m’écoutent pas. C’est difficile, car l’IndyCar a demandé l’avis des autres pilotes, ils ont fait leur travail. Nous avons un agenda à tenir et ce n’est pas de courir de la sorte. Il ne faut pas courir en étant à fond tout le temps à se demander qui est le plus brave au moment d’entrer dans le virage. C’est stupide, nous avons de bonnes monoplaces et nous pouvons produire un sacré spectacle sans faire cela.”
— Juan Pablo Montoya

Ed Carpenter est pour sa part beaucoup plus tempéré, puisqu’il estime que si les pilotes ne sont pas d’accord avec ce qui se fait en IndyCar, ils peuvent aller voir arrière. Une façon de dire qu’il a apprécié cette épreuve, malgré une nouvelle contre-performance cette année.

“C’était palpitant pour vous, mais c’était dingue pour nous. À la fin nous avons tous survécu.”
— Tony Kanaan

Le Brésilien de la Chip Ganassi Racing s’en est même pris à un journaliste qui sous-entendait que Tony Kanaan était fourbe. Le pilote Ganassi a alors vu rouge en déclarant qu’il ne risquait pas sa vie en étant assis sur une chaise à écrire à propos de la course, avant de partir de la conférence de presse en claquant le micro sur la table.

La fronde des pilotes pourrait bien durer dans les prochaines semaines si l’IndyCar ne revoit pas sa copie, ce qui aujourd’hui semble être une nécessité tant les audiences télé restent confidentielles et l’affluence dans les tribunes extrêmement faible, exception faite de l’Indy 500.

Aliquam id, mattis Donec ipsum ut mattis