Kyle Busch gagne à Sonoma et reste en vie pour le Chase

Kyle Busch parviendra-t-il à participer aux playoffs cette année en NASCAR Sprint Cup Series ? Le pilote de la Joe Gibbs Racing sait que sa mission n’est pas simple, puisqu’il doit intégrer le top-30 au championnat et avoir suffisamment de victoires pour être éligible. Avec dix courses manquées en début de saison suite à sa blessure survenue à Daytona en XFINITY, le défi est des plus périlleux, mais après deux contre-performances depuis son retour, la victoire à Sonoma lui permet de rester en vie.

Le pilote de la Joe Gibbs Racing a pris le pari de rentrer dans les stands lors de la toute dernière neutralisation pour prendre quatre pneumatiques, un choix qui s’est avéré payant et qui lui a permis de dépasser assez facilement les pilotes restés en piste avec des pneumatiques usés, dont Jimmie Johnson qui a été le pilote qui a le plus mené avec 44 tours en tête.

“C’est incroyable. Je ne peux pas y croire. Merci à mon frère qui a mis la pression sur Clint (Bowyer) et m’a permis de prendre de l’avance. Tous les gars qui m’ont remplacé pendant mon absence et tous les mécaniciens méritent que je sois en playoffs et ce sera ma façon de tous les remercier pour tout ce qu’ils ont fait. Ma jambe me fait un petit peu mal, mais je me sens bien.”
— Kyle Busch



Grâce à sa victoire, Kyle Busch remonte à la 37ème place du classement général, mais accuse un retard de 136 points sur le trentième du classement général, David Ragan, alors qu’il ne reste que dix courses à boucler durant la saison régulière. Malgré sa victoire, s’il n’est pas dans le top-30 du classement des pilotes à l’issue de la seconde épreuve de Richmond, il ne pourra pas prétendre à une place en playoffs.

Sous le drapeau à damier, Kyle Busch devance son frère Kurt pour ce qui est leur premier doublé en Sprint Cup. Clint Bowyer termine troisième, suivi de Kevin Harvick et Joey Logano pour le top-5, alors que Jimmie Johnson, Kasey Kahne, Ryan Newman, Sam Hornish Jr. et Jamie McMurray complètent le top-10.

La première neutralisation intervient au tour 22 lorsque David Gilliland, victime d’une crevaison à l’avant gauche titre tout droit dans le virage n°10 et va taper le mur de pneumatiques violemment. Fort heureusement le pilote de la Front Row Motorsports sans sort sans blessure. Cette première intervention de la voiture de sécurité est l’occasion pour la majorité des pilotes de passer une première fois par la voie des stands. Clint Bowyer et Tony Stewart ne suivent pas cette stratégie et restent en piste pour rallier l’arrivée en deux arrêts.

Moins de deux tours après la relance, la voiture de sécurité est de retour en piste pour un nouvel accident, cette fois c’est Martin Truex Jr. qui termine sa course dans le mur de pneumatiques, bien aidé par David Ragan qui a poussé la Chevrolet n°78 en dehors de la piste. Les officiels sont contraints de sortir le drapeau rouge pendant plus de dix minutes afin de réparer le mur, fortement endommagé suite à l’impact de la voiture du pilote de la Furniture Row Racing.

Les équipes de Jimmie Johnson et Carl Edwards notamment, ont choisi d’étirer au maximum le deuxième relai, pour repasser par la voie des stands qu’une seule fois d’ici le drapeau à damier. Une stratégie risquée qui était soumise à l’absence de drapeau jaune pendant une quarantaine de tours. La troisième neutralisation interviendra peu après les arrêts de ceux qui ont tenté cette stratégie suite à la sortie de piste de JJ Yeley dans le virage n°10.

Kurt Busch et de nombreux leaders s’arrêtent alors pour leur dernier arrêt programmé. Lors de la relance, Carl Edwards et David Ragan s’accrochent à l’entrée des esses et vont tous deux percuter le muret intérieur ce qui augure de la quatrième neutralisation de la course afin d’évacuer les deux épaves, mais aussi de réparer le mur de protection et remettre en place les pneumatiques qui amortissent les chocs.

À douze tours du drapeau à damier, Casey Mears perd une roue dans la ligne des stands ce qui contraint les officiels à sortir le drapeau jaune une cinquième fois, ce qui rebat une fois encore les cartes. Jimmie Johnson, Jamie McMurray, Jeff Gordon, Ricky Stenhouse Jr. et Matt Kenseth sont les seuls pilotes à rester en piste alors que le reste du peloton repasse par la voie des stands pour chausser quatre gommes neuves en vue de la fin de course.

ante. dolor. Praesent lectus vel, venenatis, adipiscing porta. ultricies pulvinar mattis