Scott Dixon coiffe la couronne !

La donne était simple, si Scott Dixon remporte la course avec le plus grand nombre de tours menés, Juan Pablo Montoya doit terminer dans le top-5 pour être sacré champion. Le Néo-zélandais de la Chip Ganassi Racing s’est imposé en menant le plus grand nombre de tours alors que le pilote de la Team Penske n’a pu faire mieux que sixième. Au final, Scott Dixon et Juan Pablo Montoya terminent à égalité de points au championnat, mais Scott Dixon est sacré au nombre de victoires, trois contre deux.

Le Néo-zélandais rejoint Dario Franchitti, Sébastien Bourdais et Mario Andretti au rang des quadruples champions, puisqu’il avait été sacré en 2003, 2008 et 2013.

“Il y avait toujours une chance. Je ne sais pas quoi dire.  Il y a tant de gens à remercier. Chevrolet a fait un travail incroyable. Nous avons pu le rattraper et nous battons JPM (Juan Pablo Montoya) au nombre de victoires. Je suis désolé pour lui, mais c’est génial pour toute l’équipe Target. Je ne peux pas y croire.”
— Scott Dixon



Alors que Will Power a mené les premiers tours de la course et s’affirmait comme le favori pour la victoire finale, un incident avec son coéquipier Juan Pablo Montoya lors d’un restart l’a éjecté de la lutte pour la victoire finale. L’Australien, qui avait une chance de conserver sa couronne à l’occasion de l’ultime épreuve de la saison disputée sur le Sonoma Raceway, termine finalement en septième position.

Une fois Will Power écarté de la lutte pour la victoire finale, c’est Scott Dixon qui a mené le peloton. Le pilote de la Dallara à moteur Chevrolet n°9 parvenait même à creuser l’écart sur son plus proche rival, Josef Newgarden, alors qu’il était en train d’économiser du carburant pour ne plus avoir qu’un seul arrêt à faire dans la seconde moitié de course.

C’est ensuite Josef Newgarden qui a vu toutes ses illusions s’envoler lorsqu’un incendie s’est déclaré sur sa monoplace après avoir calé lors de l’ultime arrêt aux stands de la saison. Le pilote de la CFH Racing, qui était en lice pour un podium, termine finalement à la vingt-et-unième place à un tour du vainqueur du jour.

Dernier candidat au titre à rencontrer des problèmes, Graham Rahal. Si le pilote Honda n’a jamais été en mesure de jouer la gagne lors de cette ultime épreuve de la saison, il se battait pour une position dans le top-10, lorsque Sébastien Bourdais l’a percuté par l’arrière au freinage se situant au bout de la ligne droite de la piste de dragster du Sonoma Raceway. Le Français a écopé d’une pénalité pour cette manœuvre, ce qui a permis au Colombien Juan Pablo Montoya de gagner deux positions et de revenir à égalité de point sur Scott Dixon, mais le pilote de la Team Penske n’a jamais été en mesure d’effacer les trois secondes d’écart qui le séparait de Ryan Briscoe pour la cinquième place qui aurait été synonyme de titre.

Sous le drapeau à damier, Scott Dixon devance Ryan Hunter-Reay de 6,1115 secondes pour s’offrir son quatrième titre de champion, Charlie Kimball, Tony Kanaan et Ryan Briscoe complètent le top-5, alors que Juan Pablo Montoya, Will Power, Takuma Sato, Rodolfo González et Mikhail Aleshin intègrent le top-10 de l’ultime levée de la saison, le GoPro Grand Prix of Sonoma.

À l’issue de la course Juan Pablo Montoya s’est plaint d’une système de point doublé à Indianapolis pour l’Indy 500 et à Sonoma pour la finale, sans cet artifice, c’est Juan Pablo Montoya qui aurait été sacré champion avec 482 points contre 478 à son rival de la Chip Ganassi Racing.

 

ultricies Donec risus id Aliquam ut pulvinar