Finir la course de Phoenix lundi n’était pas une option pour la NASCAR

Avec seulement 219 des 312 tours effectués dimanche dernier sur le Phoenix International Raceway lors des Quicken Loans Race for Heroes 500, de nombreux spectateurs se sont montrés déçus de la décision prise par la NASCAR d’entériner le résultat de la course et ce alors qu’il restait près de cent tours à couvrir, mais la pluie en a décidé autrement pour ce qui fut la seconde course de Sprint Cup à Phoenix raccourcie après celle de 1998 remportée par Rusty Wallace.

Steve O’Donnell, le vice-président de la NASCAR en charge de la compétition s’en est expliqué sur SiriusXM Satellite Radio en indiquant que la politique de la NASCAR était claire, si une course est lancée c’est pour faire tous les tours, mais si la mi-course est atteinte et qu’il n’est pas possible de poursuivre alors le résultat est officialisé.

Le départ de la course reporté de plus de six heures pour cause de pluie, l’interruption au tour 219 promettait une fois encore d’être longue, du fait de la pluie qui s’abattait sur le tracé, mais aussi du temps de séchage rallongée du fait des températures plus fraîches enregistrées la nuit. Alors qu’il était un peu plus de 21 heures en heure locale, 23 heures sur la côte Est, les officiels ont pris la décision de ne pas relancer une course qui aurait dû partir à 12 h 30 heure locale si la météo ne s’en était pas mêlée.



“Lorsqu’il fait nuit, il devient plus difficile de sécher la piste. Ce n’est certainement pas la façon dont nous voulioons termine la course. C’est toujours dans l’intérêt du sport de voir la course se dérouler intégralement.”
— Steve O’Donnell

Si à Daytona les officiels n’ont pas hésité à lancer une course très tard dans la nuit cette année, ils ont cette fois fait le choix inverse en prenant en compte l’argument de la logistique afin de permettre aux équipes de regagner la côte Est en vue de la finale qui se tiendra elle dans le sud de la Floride.

“À ce moment-là, ce n’était plus une course nocturne, mais une course reportée, une course qui aurait dû débuter à partir de midi en heure locale. C’est une décision difficile. Il fallait prendre en compte l’aspect logistique pour nous rendre à Miami. Chaque course est unique. Chaque décision de ce type est unique, c’est celle que nous avons décidé de prendre à Phoenix.”
— Steve O’Donnell

eget risus ultricies dapibus commodo et, id Sed venenatis tempus ut sit