La Team Penske grande absente de la finale

Que ce soit en IndyCar ou en NASCAR Sprint Cup Series l’année 2015 de la Team Penske aura un goût d’inachevé et pour cause l’écurie de Roger Penske a joué les premiers rôles dans les deux disciplines, mais a flanché au moment le plus important, celui de conclure.

En IndyCar Juan Pablo Montoya a remporté la manche d’ouverture ainsi que l’Indy 500 et mené le championnat de la première à la quinzième course, mais il y avait seize courses et c’est Scott Dixon (Chip Ganassi Racing) qui a été sacré à l’occasion de l’ultime épreuve de l’année.

En NASCAR Joey Logano a plus gagné avec six victoires dont les DAYTONA 500 en ouverture de saison et est sorti de sa boîte lors du deuxième tour des playoffs en remportant les trois courses, à savoir au Kansas, à Charlotte puis à Talladega avant de connaître deux résultats catastrophiques au tour suivant à Martinsville suite à un contact avec Matt Kenseth alors qu’il était leader et se dirigeait vers une quatrième victoire, puis au Texas du fait d’une crevaison après seulement dix tours de course ce qui a contraint son équipe à de nombreuses minutes de réparation. À Phoenix, Joey Logano était dans l’obligation de gagner pour se qualifier, mais il n’a pas réussi à battre, ni Dale Earnhardt Jr., ni Kevin Harvick.



Brad Keselowski est passé tout près d’une victoire au Texas qui lui aurait assuré une place en finale, mais il est tombé sur un os nommé Jimmie Johnson dans les derniers tours de l’épreuve. À Phoenix le champion 2012 de la Sprint Cup n’a pas été en mesure de jouer la gagne et donc de s’assurer une place au soleil à Miami pour la grande finale de la NASCAR.

En cette année 2015, le drame de la Team Penske est donc d’avoir gagné le pinacle des courses automobiles outre-Atlantique, à savoir les DAYTONA 500 en NASCAR et l’Indy 500 en IndyCar, mais d’avoir échoué dans la course au titre de champion dans chacune de ces séries. La consolation, bien maigre par rapport à la déception est d’avoir remporté un cinquième titre de champion propriétaire en NASCAR XFINITY Series grâce aux victoires de trois pilotes sur la Ford Mustang n°22, Brad Keselowski, Joey Logano et Ryan Blaney.

Réfractaire à étendre son activité en passant à trois voire quatre voitures afin de contrer les mastodontes de la discipline que sont la Hendrick Motorsports, la Joe Gibbs Racing ou encore la Stewart-Haas Racing, la Team Penske réfléchit de plus en plus à un agrandissement à partir de la saison 2017 pour passer à trois structures en ajoutant Ryan Blaney, avant en 2018 ou 2019 d’intégrer un quatrième pilote à temps complet dans l’équipe. Pourquoi prendre autant de temps ? C’est tout simplement un argument financier qu’avance Tim Cindric, le président de l’écurie.

“Pour 2017 c’est réellement notre objectif que de passer à trois voitures et sur le long terme d’arriver à quatre.”
— Tim Cindric

ut dolor. pulvinar venenatis risus dolor porta.