Clap de fin pour Jeff Gordon

Par delà les statistiques, les chiffres, les victoires, les poles, les titres, c’est une page de l’histoire de la NASCAR que Jeff Gordon va finir d’écrire à l’occasion des Ford EcoBoost 400 qui se dérouleront sur l’Homestead-Miami Speedway. Celui qui va prendre son 797ème départ dans la division reine de la NASCAR offrira à tous ses adversaires un cadeau à l’occasion du briefing des pilotes, de la même façon que Richard Petty l’a fait lorsqu’il a pris sa retraite lors de la dernière course de la saison 1992 sur l’ovale d’Atlanta une course qui voyait les débuts de… Jeff Gordon.

Pilote Bill Davis Racing en NASCAR XFINITY Series au début des années 1990, Jeff Gordon se voit accorder la confiance de Rick Hendrick et de DuPont (qui deviendra Axalta en 2013 – ndlr) pour piloter la Chevrolet n°24 avec des couleurs arc-en-ciel reconnaissable entre 1000. Cette décoration, devenue l’une des plus célèbres de l’histoire de la NASCAR est due à Sam Bass qui avait soumis deux autres propositions.

Si les deux premières années sont difficiles avec respectivement onze et dix abandons en 1993 et 1994 l’ascension sera ensuite fulgurante pour Jeff Gordon grâce à un autre homme clé de la galaxie Gordon, Ray Evernham, son premier chef d’équipe, celui qui l’a conduit à décrocher trois de ses quatre titres de champion en 1995, 1997 et 1998.


 

La période de domination de Jeff Gordon dans la division reine de la NASCAR s’achèvera en 2001 année de son quatrième sacre, mais il n’en restera pas moins un pilote important toujours prêt à se battre pour la victoire et parfois même pour le titre et ce malgré une concurrence toujours plus rude, notamment de la jeune garde emmenée à partir de 2002 par un certain Jimmie Johnson.

Le sextuple champion de la NASCAR est lui aussi un homme clé dans l’environnement de Jeff Gordon et celui qui pilote la Chevrolet n°48 ne s’y trompe pas en remerciant à chaque occasion celui qui l’a présenté à Rick Hendrick pour devenir pilote de la Hendrick Motorsports, ou encore à une certaine Chandra Janway, mannequin, qu’il épousera en 2004.

Malgré des problèmes de dos récurrents à la fin des années 2000, Jeff Gordon continue sa carrière et prend la décision à l’été 2014 de mette un terme à sa carrière de pilote à l’issue de la saison 2015. Lorsqu’il annonce son choix à Rick Hendrick, le seul propriétaire qu’il ait connu en NASCAR Sprint Cup Series, ce dernier essaye de le persuader de rester une ou deux années supplémentaires, mais c’est peine perdue, le quadruple champion voulant profiter de sa famille et de ses deux enfants en n’étant plus pilote. Cependant, il continuera d’être impliqué dans le monde de la NASCAR puisqu’il se reconvertit en tant que consultant pour la télévision (le groupe FOX – ndlr), comme d’autre en leur temps l’ont fait, Kyle Petty, Jeff Burton, Darrell et Michael Waltrip, Dale et Ned Jarett, Ricky Craven, Rusty Wallace ou Wally Dallenbach Jr. pour ne citer qu’eux.

L’héritage laissé par Jeff Gordon est immense avec 93 victoires, 325 top-5, 474 top-10 et 81 poles pour quatre titres de champion. Toutes ces statistiques, à l’exception des poles peuvent être incrémentées d’une unité à l’issue des Ford EcoBoost 400, puisque Jeff Gordon est l’un des quatre pilotes éligibles pour le titre de champion, ce qui lui permettrait d’ajouter deux statistiques à sa carrière en devenant le premier pilote à être sacré en Sprint Cup sur trois décennies consécutives, mais aussi de détenir le record de saisons entre deux titres (14 ans – ndlr).

La carrière de Jeff Gordon a inspiré de nombreux pilotes présents aujourd’hui en Sprint Cup. Ainsi, Kyle Busch, qui peut lui aussi décrocher le titre de champion 2015 à Homestead, avoue bien volontiers que Jeff Gordon était le héro de son enfance. Il en va de même pour des pilotes tels que Brad Keselowski, Joey Logano, Kevin Harvick ou encore Denny Hamlin, certains d’entre eux ayant des autographes ou des objets de collection achetés sur les circuits durant leur enfance.


 

Ce Californien de naissance, qui a grandi dans l’Indiana avec un beau-père impliqué dans le monde du sport automobile, a ouvert la voie à un autre marché pour la NASCAR. Celui de la côte Ouest. Si la NASCAR se rendait déjà sur le circuit routier de Riverside bien avant la venue de Jeff Gordon,, une piste comme l’Auto Club Speedway a fait son entrée au calendrier quelques années après Jeff Gordon. Il en va de même pour les pilotes, puisque la Californie est aujourd’hui un grand pourvoyeur de talents. Jimmie Johnson ou Kevin Harvick sont également natif de l’état du Sud de la côte Ouest.

Il a également ouvert la porte aux pilotes souhaitant faire la transition de l’USAC vers la NASCAR, alors qu’ils allaient traditionnellement vers l’IndyCar qui a traversé une crise d’identité profonde se terminant par une inévitable scission et un déclin de l’intérêt pour ces deux séries de monoplaces aux dépends de la NASCAR qui était en pleine croissance.

L’impact de Jeff Gordon va bien au-delà du monde du sport automobile et général et de la NASCAR en particulier. Outre la création de sa fondation, la Jeff Gordon Children Foundation — qui lutte aux côtés des enfants atteints du cancer de se battre conte la maladie —, il s’est notamment investi dans des missions humanitaires, comme ce fut le cas au Rwanda en 2011 au côté de l’ancien Président des États-Unis d’Amérique, Bill Clinton. Ce dernier qualifie Jeff Gordon de “Bon ami” et souhaite qu’il soit champion pour la cinquième et dernière fois de sa carrière.

Contrairement à d’autres sports, le n°24 ne sera pas retiré du monde de la NASCAR et continuera d’être présent dès la saison prochaine avec le jeune Chase Elliott qui se battra pour le titre de rookie de l’année au volant d’une voiture sponsorisée par NAPA.

odio vulputate, facilisis at quis, risus ut ut Aenean fringilla suscipit tristique