[INTERVIEW] Pat&Phil et Adrien Paviot à Homestead

US-RACING.COM : Que retenez-vous de la saison ?

Philippe Chéreau : La saison a commencé de manière bizarre avec pas mal d’affaires personnelles, Kurt Busch notamment, le reste des démêlés judiciaire de Tony Stewart, la blessure de Kyle Busch, l’annonce de la retraite de Jeff Gordon. Tony Stewart a également pensé à prendre sa retraite.

Pat Angéli : Les controverses avec la nouvelle formule pour la deuxième année consécutive et tout ce que cela implique et vivement le nouveau package pour les ovales d’un mile et demi la saison prochaine afin d’avoir plus d’action.

Adrien Paviot : Je retiens la révélation de Kyle Busch. On a toujours dit qu’il n’était pas capable d’être champion, que c’était un problème de maturité, mais son accident lui a donné la maturité pour le devenir. Je retiens aussi que l’objectif de la Gen-6 qui était de réduire les écarts fonctionne également puisqu’une petite équipe peut être championne aujourd’hui.

Philippe Chéreau : J’ajoute quelque chose, je retiens l’avènement d’un jeune commentateur qui arrive à phare des phrases françaises à la télévision.

US-RACING.COM : Un certain Adrien P ?

Philippe Chéreau : Un certain Adrien P.

Adrien Paviot : Chef de la déconne.



US-RACING.COM : Quel est votre avis sur le Chase ?

Philippe Chéreau : J’aime bien, car j’aime le principe des éliminations. C’est vrai qu’il y a des pilotes qui arrivent dans le Chase cette année avec Jeff Gordon.

Pat Angéli : Quand on n’a pas de pilote favori, c’est une très belle formule. L’an dernier, si le Chase n’existe pas, Ryan Newman ne sort pas Kyle Larson (à Phoenix) pour se qualifier. Pour nous les médias c’est une belle formule. Ce n’est pas toujours le gars qui gagne le plus qui s’impose, la preuve cette année.

Adrien Paviot : Il ne faut pas oublier qu’avant d’être un sport la NASCAR est avant tout un spectacle et peu importante le système mis en place, il y aura toujours des mécontents. À partir du moment ou l’on promeut le spectacle c’est une bonne chose.

US-RACING.COM : Est-ce que la NASCAR est devenu un’ sportainement’ à la lumière des derniers évènements que sont le nouveau Chase, la vengeance de Kenseth, … ?

Philippe Chéreau : Je pense qu’ils cherchent des solutions , ils cherchent à avoir du drama, ils cherchent des nouveautés avec les tableaux de bord, mais il y a des longueurs de courses qui ne sont plus adaptées. Il faut garder la longueur de certaines courses, mais pas 500 miles sur toutes. C’est difficile de trouver l’équilibre.

Pat Angéli : Les puristes veulent garder les traditions, les jeunes veulent des courses plus courtes, ils ont contenté les médias qui ont fait un très gros chèque pour les droits TV. Après ils ont satisfaits les propriétaires des circuits, ce qui a pour inconvénient de figer le calendrier pour les quatre ou cinq ans qui viennent. Ils sont ente le sport et le spectacle, mais vraiment à la frontière et les pilotes en ont conscience dans leurs déclarations lorsqu’ils disent de manière ironique que si les fans sont contents tout va bien. Le sport et le spectacle ne vont pas toujours de paire avec l’esprit sportif.

Adrien Paviot : La force de la NASCAR a toujours été de ne pas pouvoir vivre avec son temps. Elle n’en a pas besoin. Lorsque la Formule 1 se réinventait, la NASCAR était fière d’utiliser un cric pour lever ses voitures.

Philippe Chéreau : Comme on fait une comparaison avec la WWE, je citerais HHH qui est l’Autorité à la WWE et qui dit “It’s good for business.”Donc on verra comme disait Pat si on arrive à trouver un équilibre entre le sport, le spectacle et le business.

Pat Angéli : Et comme disait Montesquieu, est-ce qu’il reste du muffin aux myrtilles.

US-RACING.COM : La suspension de Matt Kenseth était-elle justifiée ?

Philippe Chéreau : Oui, parce que la NASCAR avait besoin de reprendre la main. Après non, comme disait Adrien par rapport à l’histoire de la NASCAR.

Adrien Paviot : Je pense qu’une suspension de deux courses ne devrait pas avoir lieu, sauf si c’est très grave et là ce n’était pas très gave. Si demain on suspend les pilotes pour ça…

Pat Angéli : Il ruine une saison quand même.

Philippe Chéreau : Ce n’est pas tant sur la dangerosité de l’action, mais sur les conséquences sportives.

US-RACING.COM : Quel est vote favori pour la course d’aujourd’hui et le titre ?

Pat Angéli : Kevin Harvick, car il est le plus fort depuis deux ans. Ce n’est pas un souhait, mais il est le tenant du titre, il a gagné ici pour devenir champion. Au-delà des victoires des top-5 et des top-10 il a 19 victoires cette année en 35 courses, c’est phénoménal.

Philippe Chéreau : Je vais dire péniblement, sportivement parlant Kyle Busch, même si ici tout le monde a envie de voir Jeff Gordon gagner. Pour la course je ne suis pas sûr que ce soit un chaser qui gagne. Je verrai bien un outsider s’imposer aujourd’hui.

Adrien Paviot : J’aurais tendance à dire Kyle Busch qui pour moi est le plus préparé mentalement. Depuis qu’il est revenu il est invincible. Attention à Martin Truex Jr.

Pat Angéli : Ça ce serait une belle histoire.

Adrien Paviot : On parle souvent de la belle histoire Gordon, la dernière, attention Truex il a mené un combat personnel en soutenant le cancer de sa femme, il a dit que cela ne l’avait jamais rendu aussi fort et il est arrivé ici en disant “Ma saison est terminée, les autres ont la pression. Être ici est déjà une victoire pour moi.” À la conférence de presse avant-hier, ils étaient tous concentrés, il n’y en a qu’un qui a déconné avec ses potes c’est Truex et c’est peut-être là qu’il va faire la différence.

Pat Angéli : Attention il n’a pas de coéquipier, ça peut jouer.



US-RACING.COM : Il a un petit peu la Childress du fait de l’alliance technique, même si l’an prochain l’écurie passe avec Gibbs

Pat Angéli : Oui cela pourrait être une belle histoire. On se souvient que Keselowski a été champion pour la dernière année de Dodge chez Penske avant le passage chez Ford.

Philippe Chéreau : Le retour de Matt Kenseth n’est pas sans intérêt. Comme il est sous probation, il ne va pas bouger d’une oreille, ce n’est pas son intérêt, mais il faudra voir comment chez Penske on va gérer ce retour. Je ne sais pas comment cela va se passer, mais il faudra les surveiller.

Pat Angéli : Si ce n’est pas l’un des chasers qui gagne ce sera un des pilotes Penske, car ils n’ont rien à perdre. Ils n’ont pas froid aux yeux, ils vont tout donner.

Adrien Paviot : Ou Almirola, qui avait 37,5 ce matin au réveil.

Philippe Chéreau : Je retire ce que j’ai dit sur le jeune commentateur débutant talentueux.

Donec mi, Donec eget leo ultricies libero nec risus sem, ante. Sed