Dans une fin de course incroyable, typique des épreuves sur le Daytona International Speedway, Kyle Busch s’est imposé d’un souffle devant Carl Edwards avec derrière eux une réaction en chaine d’accidents créant un nuage de fumée sur la piste et offrant la victoire sous drapeau jaune.

Les Coke Zero 400 se sont terminés sous le régime du green, white, checkered après une nuit de course spectaculaire qui a plus ressemblé à ce que l’on a l’habitude de voir sur short track les contacts sont légions. Les poussettes ont d’ailleurs continué jusqu’au dernier restart quand Edwards a tapé Jeff Gordon, alors deuxième du peloton, l’envoyant directement en tête à queue hors de la piste.

Suite à cet accrochage Gordon est passé de la deuxième à la 31ème place sous le drapeau à damier.

Derrière Busch et Edwards, on retrouve à l’arrivée Matt Kenseth, Kurt Busch, Clint Bowyer, David Ragan, Dale Earnhardt, Jr., Brian Vickers, Mark Martin et Travis Kvapil. Kasey Kahne a terminé la course 11ème après avoir roulé quasiment toute la soirée avec les leader. Il a malheureusement subi une crevaison après un contact ce qui l’a forcé à repasser par les stands une fois de plus que les autres.


© Rusty Jarrett/Getty Images for NASCAR

L’ancien vainqueur des 500 miles d’Indianapolis, Sam Hornish Jr. a terminé juste derrière Kahne après une nouvelle course impressionnante. Hornish était en lutte pour la victoire au volant de sa Dodge pendant les 160 tours de course avant d’être impliqué dans l’accident en toute fin d’épreuve.

Michael Waltrip, Dave Blaney, Paul Menard et d’autres pilotes ont également fait les frais de cet accident digne d’une cascade de dominos. J.J Yeley a également été victime de ce crash alors qu’il avait conservé la Toyota Home Depot dans la course après avoir remplacé Tony Stewart à la mi-course. Le double champion de la NASCAR s’est en effet senti mal juste avant le départ de la course et a préféré laissé son volant après 90 tours.

Denny Hamlin, vainqueur vendredi soir de la course de NASCAR Nationwide avait une des voitures les plus rapides de la soirée avant qu’un accrochage avec le tenant du titre des Daytona 500 de cette année, Ryan Newman, ne ruine ses chances. La nuit de Newman a d’ailleurs été un vrai cauchemar. Il a été impliqué dans trois accidents différents, le dernier ayant complètement détruit sa Dodge déjà bien abimé. Hamlin a terminé 30ème et Newman 36ème.


© Geoff Burke/Getty Images for NASCAR

Cette victoire est la sixième de Busch cette saison, mais tout cela à bien failli mal se terminer pour le leader du classement de la NASCAR Sprint Cup. Une erreur en début de course l’a placé à l’arrière du peloton et il a dû batailler pour remonter aux avants postes. Il se rendra à Chicago pour la prochaine épreuve avec une avance confortable au championnat.

Après un show grandiose en hommage au 4 juillet, fête nationale américaine, Paul Menard s’est élancé depuis la pole position au volant de Chevrolet de la DEI. Le favori du public, Earnardt a rapidement pris la deuxième place devant Johnny Sauter.

Au 10ème tour, Menard était toujours devant, mais tous les yeux étaient tournés vers la n°20 de Stewart qui venait de passer plusieurs heures au centre médical afin d’identifier la cause de ses malaises. Stewart, 17ème sur la grille, pointait alors à la septième place. Sauter a rapidement perdu pied en raison d’un réglage typé qualification afin de s’assurer une place sur la grille, tout comme Boris Said qui pointait déjà en 41ème position après 20 tours.


© John Harrelson/Getty Images for NASCAR

Earnhardt a pris l’avantage sur Menard au 20ème tour, juste avant qu’A. J. Allmendinger n’explose un pneu. Après une séance de ravitaillement sous drapeau jaune, Kyle Busch est ressorti premier devant Menard, Smith, Blaney, Ragan, Kvapil, Kenseth, Vickers, Kevin Harvick et Stewart au 24ème tour.

Il n’a ensuite pas fallu attendre longtemps pour les stars de la NASCAR fassent le show sur la piste. Avec Kyle Busch en tête, les pilotes derrière lui se sont échangés les positions quasiment à chaque tour. A certains moment, les 20 premières voitures roulaient en paquet si serré que le moindre contact aurait été fatale pour la plupart d’entre eux.

Earnhardt a repris la tête au 36ème tour devant Busch, Blaney et Stewart. Le Top-10 comptait également Martin, Vickers, Kahne, Gordon, Kenseth et Kvapil.

Ryan Newman a été légèrement poussé par Jamie McMurray à la sortie du virage n°2 et il est parti en tête à queue déclenchant un drapeau jaune au 43ème tour. Heureusement, la voiture de Newman n’a rien touché et il a pu reprendre la piste.

Au restart, Busch menait devant Earnhardt avec Stewart, Martin et Gordon en embuscade.


© Geoff Burke/Getty Images for NASCAR

Au tour 55, Earnhardt était de retour à l’avant du peloton. Greg Biffle et Juan Pablo Montoya se sont ensuite touché au 70ème tour à la sortie du virage n°4 forçant les officiels à neutraliser une nouvelle fois la course.

Stewart, trop malade pour continuer, a alors été remplacé par Yeley. L’échange de pilote a pris pas mal de temps et Yeley est ressorti des stands en 39ème position, mais dans le tour du leader, Jimmie Johnson.

Au moment, du restart, le coéquipier du double champion en titre de la NASCAR Sprint Cup, Jeff Gordon s’est fait raser de près par Earnhardt qui a immédiatement repris la tête.

A la mi-course, Busch a presque perdu le contrôle de sa Toyota et a dû laisser passer tout le peloton avant de pouvoir revenir sur la piste. Cette erreur l’a fait passer de la cinquième à la 37ème place, mais il n’a pas paniqué et a remonté tout le peloton pour s’imposer une nouvelle fois cette saison.